Le site de vente en ligne de produits électroniques Pixmania placé en procédure de sauvegarde pour six mois



Après plusieurs années de pertes et de plans sociaux, le site de vente en ligne de produits électroniques Pixmania a été placé mardi en procédure de sauvegarde pour six mois par le tribunal de commerce de Nanterre, a-t-on appris de source proche du dossier.

Pixmania, qui emploie 430 personnes dont 320 en France, espère ainsi se transformer en place de marché (site ouvert à des vendeurs tiers), ultime chance pour lui d’assurer sa pérennité.

Pixmania «a été placé mardi matin sous la protection du tribunal de commerce de Nanterre qui a accepté d’ouvrir une sauvegarde au bénéfice de l’entreprise pour une durée de six mois», a-t-on souligné de source proche du dossier, précisant que «Charles-Henri Carboni a été nommé administrateur judiciaire. Il assistera la direction dans la mise en place d’un nouveau modèle d’exploitation destiné à rendre l’entreprise durablement rentable».

Cette procédure «doit permettre de sécuriser les opérations en poursuivant l’activité le temps d’achever les réorganisations qui s’imposent», a ajouté cette source.

Désormais, Pixmania a pour projet d’abandonner son activité d’e-commerçant traditionnel pour se concentrer sur un rôle de place de marché, consistant à offrir une plate-forme technique permettant de mettre en relation des vendeurs tiers avec les consommateurs, «seul modèle pour entrevoir une possible pérennité de l’entreprise», selon une autre source proche.

La sauvegarde est une procédure préventive qui intervient avant la cessation de paiement d’une entreprise en difficulté. Elle permet à celle-ci de se placer sous la protection du tribunal, afin de se donner le temps de se réorganiser ou de trouver d’éventuels repreneurs.

Concurrencé sur ses différents marchés par des acteurs généralistes (Amazon, CDiscount) ou spécialisés (Fnac, Darty) et confronté à la chute de ses approvisionnements, Pixmania a vu son chiffre d’affaires fondre en quelques années, passant de 806 millions d’euros en 2010 à 295 millions en 2014.

Ses pertes, qui se chiffraient à 25 millions d’euros en 2012, ont depuis été réduites sous l’égide de son actionnaire allemand Mutares, mais le groupe reste toujours aujourd’hui «déficitaire», selon cette source.

Créé en 2000, Pixmania avait été un des pionniers de la vente en ligne en France. Au départ spécialisé dans le tirage photo, sous le nom de Fotovista, il s’était ensuite diversifié dans la distribution de biens électroniques, puis d’autres catégories de produits (DVD, jeux vidéo, électroménager, articles de sport, meubles, etc.)