Opel (GM) veut aussi lancer des voitures à bas coûts. Volkswagen a lancé une étude pour une commercialisation en Chine en 2016. Le modèle Dacia de Renault suscite des envieux. Mais le français a une sacrée longueur d'avance et il... gagne de l'argent!

Renault restera-t-il seul ? Le constructeur français est le roi des produits à bas coûts avec sa filiale roumaine Dacia et sa fameuse gamme "Entry" (Logan, Sandero et autres Duster.) Mais, alors que Volkswagen étudie son arrivée dans deux ans sur ce créneau, Opel envisage à son tour de lancer un modèle à bas coût. Un futur véhicule situé sous la petite Opel Adam actuelle devrait coûter moins de 10.000 euros

Opel se monte très intéressé
"Le segment d'entrée de gamme et des voitures bon marché est très intéressant", a déclaré Karl-Thomas Neumann, le président d'Opel, au Financial Times. "Nous regardons ce segment", a ajouté le patron dans des déclarations au journal britannique des affaires. Une vraie gamme de véhicules pourraît être commercialisée à terme. Le constructeur allemand, filiale de l'américain GM, étudie la question de très près, souligne à son tour l'agence Reuters en citant des sources internes.

GM avait lancé la marque Chevrolet en Europe pour occuper justement le bas de gamme avec des produits fabriqués en Corée. Mais, lors d'une de ses volte-faces dont il est coutumier, le mastodonte de Detroit a décidé l'an dernier de faire machine arrière et de retirer Chevrolet d'Europe d'ici à 2016, faute de rentabilité suffisante...

L'exemple Dacia fait rêver
L'exemple de Dacia fait rêver, puisque la gamme "Entry" de Renault engrange de solides marges, selon Carlos Ghosn, le PDG de la firme française. Ces marges sont bien supérieures à 10% dans le cas du 4x4 Duster. Cette gamme "Entry", née de la première Logan de 2004, doit générer cette année plus d'un million de ventes. Mais, si tout le monde appplaudit, reproduire le modèle "Entry" n'est pas si simple.

Tout d'abord, le projet de Louis Schweitzer, l'ancien patron de Renault, s'appuyait initialement sur le constructeur Dacia et son usine roumaine de Pitesti à bas coûts. Ledit projet consistait à offrir une voiture simple, moderne, familiale et fiable, en réutilisant des anciens composants Renault, pour pays émergents. L'idée de la faire venir en Europe occidentale est venue après.

Le projet prévoyait d'offrir le même modèle partout dans le monde. Et la gamme "Entry" est effectivement aujourd'hui fabriquée en Roumaniei, au Maroc, en Russie, en Inde, au Brésil et en Colombie, en Afrique du sud, en Iran... Pour que le projet fût rentable, avec des économies d'échelle suffisantes, il fallait donc une assise industrielle quasi-mondiale. Avec une plate-forme spécifique et standardisée.

Etude lancée chez Volkswagen
Volkswagen a lancé à son tour l'étude d'une voiture à bas coûts l'an passé. La commercialisation est prévue a priori à l'horizon 2016. La voiture, sous une marque distincte, sera d'abord destinée à la Chine et l'Amérique du sud. Ensuite, une gamme pourrait être développée.

Dans une interview au magazine britannique Autocar, Heinz-Jakob Neusser, le directeur de la recherche et du développement de Volkswagen, affirmait en novembre dernier : "nous travaillons sur le coût du projet (...).C'est clair que nous ne ferons ces voitures que si elles répondent à nos critères de sécurité, de comportement et de confort... Et il faut que ce soit rentable". Volkswagen mise sur un prix de base inférieur à 8.500 euros en Chine.

D'autres acteurs en lice
Le japonais Suzuki, le coréen Hyundai-Kia, l'américain Chevrolet (GM), sont aussi présents, selon les marchés, sur le segment des modèles à moins de 8.000 euros, mais le plus souvent avec des tout petits véhicules de conception ancienne aux prestations archi-limitées. L'italien Fiat a certes fait oeuvre de pionnier dans les années 90 avec sa fameuse "World car" déclinée en Palio, Siena, Albea...

Mais ce programme a constitué un semi-éche. Car il n'est pas mondial, cette gamme n'ayant réellement rencontré du succès qu'au Brésil... Toyota promeut aussi un modèle spécifique pour pays émergents, plus cher, l'Etios. Même chose pour Honda.... et PSA avec ses Peugeot 301 et Citroën C-Elysée produits en Espagne et en Chine. On est là sur des véhicules régionaux intrinsèquement plus coûteux que les Logan et Sandero !

Renault planche sur le "très bas coûts"
Incontestablement, Renault un une sacrée longueur d'avance. Et ce, d'autant que le français et son allié Nissan, qui a recréé la marque Datsun pour des modèles de bas de gamme planchent sur l'étape suivante du "très bas coûts". L'Alliance Renault-Nissan va mettre effectivement en production l'an prochain, à Chennai (Inde), les premiers véhicules à moins de 5.000 euros.

Au salon de New Delhi en février dernier, Nissan a présenté un concept, la Redi-Go, qui préfigure de près cette future voiture de 3,60 mètres de long (comme une Twingo). Cette " mini-Logan " sera destinée à l'Asie dans un premier temps. Elle devrait être fabriquée ensuite au Brésil. Et, malgré les dénégations officielles de Renault, cette petite voiture (de la taille d'une Renault Twingo, mais totalement différente de la Twingo européenne) finirait par venir en Europe.


la tribune fr