Alors quil en est son 9me jour de grve de la faim, lhistorien chercheur et prsident de Freedom Now Maroc Mati Monjib est toujours en soins intensifs dans un hpital de Rabat. La presse internationale sempare de laffaire, et le ministre de la Justice Mustapha Ramid entre en piste.

Il a t sollicit par le comit national de soutien lhistorien et a affirm, cit par nos confrres de Telquel, que sil accepte de simpliquer dans cette affaire, il nen demeure pas moins que le dernier mot reviendra la justice ; il a indiqu ses interlocuteurs quil tentera une mission de bons offices pour que le cas de Monjib soit rgl au plus tt.
Rappelons que ladite justice poursuit Mati Monjib pour des malversations financires quaurait connues le centre Ibn Rochd du temps o il tait dirig par lhistorien, lequel assure pour sa part quil a t interdit de quitter le territoire pour atteinte la sret de lEtat. Le ministre de la Justice confirme linterdiction de quitter le territoire mais pas le chef dinculpation.
Pour sa part, le site Mondafrique a rencontr des personnalits marocaines, dont une du Conseil national des droits de lHomme, qui explique sous couvert danonymat que le rgime au Maroc a lart de se fabriquer des ennemis gratuitement ou de mener des batailles perdues davance, mme si sur le fond il a raison. Les autorits marocaines doivent savoir que la forme juridique que revtent ses interventions est scrute par les organisations internationales .
En effet, et alors que le Maroc svertue montrer au monde quil est dsormais respectueux des droits humains, de pareilles affaires ne vont pas forcment dans le sens de la crdibilit du nouveau positionnement du pays.