Phosphate


Minéroduc (100 km de long)



Gisement de boucraa





Le Sahara renferme environ 1,6% des réserves prouvées de phosphate au Maroc, ce
qui correspond à un peu moins d’1% des réserves mondiales connues (Sources: IFDC,
USGS).
• Les ressources géologiques de phosphate de la région de Boucrâa sont estimées à 1,1
milliards de m3
; Phosboucraâ extrait entre 2,5 et 3,0 millions de m3 par an
(approximativement 0,3% des phosphates “dans le sol”) de ces ressources.
• Au taux d’extraction actuel, la région recèle l’équivalent d’environ 300 ans de réserves
exploitables de phosphate
1976 – Acquisition par OCP de 65% des titres Phosboucraâ auprès d’INI et lancement de
l’exploitation de la mine conjointement avec INI
• 2002 – Acquisition par OCP de la participation espagnole restante de 35% dans
Phosboucrâa, qui continuait à engranger des pertes financières depuis sa création
• Aujourd’hui – Une filiale OCP bien gérée et jouissant d’une bonne assise financière et
renouant avec la croissance, après plusieurs années de pertes financières
– Phosboucraâ est régie par le droit marocain des sociétés (“société anonyme”)
Le chiffre d’affaires 2011 de Phosboucrâa (revenus bruts) de 527 millions USD contribue à
quelques 7,5% des recettes globales d’OCP en 2011.





Uranium

Anomalie uranium de Glibat Lafhouda



Forage Uranifère (Glibat Lafhouda) :





PERSPECTIVES
Contexte géologique favorable à la découverte de nouveaux gisements d’uranium et
terres rares dans les Provinces du Sud.
Large répartition géographique des occurrences uranifères présentant plusieurs
typologies différentes dans les secteurs d’Awserd et de Bir Anzarane.
Intérêt manifesté par plusieurs compagnies étrangères pour une prospection approfondie
de certaines zones prometteuses.

Or:


POINTS CLES
● Mise en évidence de structures aurifères avec des teneurs en Au qui peuvent atteindre 103 g/t.
● Contexte géologique et structural favorable aux gisements d’or orogénique.
● Importantes anomalies aéromagnétiques
SITUATION GEOGRAPHIQUE ET INFRASTRUCTURE
Le secteur de Lafwila est situé à 100 Km à l’Est de Lamhiriz et à environ 300 km au Sud de la
ville de Dakhla (Province de Lagouira-Oued Eddahab). L’accès à cette zone se fait à partir d’une piste
carrossable d’une longueur de 100 km issue de la route principale N°1 reliant Dakhla à la Mauritanie.

PERSPECTIVES
Le prospect de Lafwila présente des possibilités d’extension très intéressantes sans exclure la
possibilité de découvrir de nouvelles structures d’or.

Fer:

Fer, terre rares niobium etc..
POINTS CLES
Oxydes de fer associés à des carbonatites dolomitiques,
Structures circulaires d’oxydes de fer superposées sur une anomalie aéromagnétique et
radiométrique (Uranium),
Fortes teneurs en Niobium, Tantale, Uranium et Terres rares légères obtenues dans les
oxydes de fer,
Extension kilométrique du district avec corps de dimensions hectométriques minéralisés en
Nb, Ta, U et Terres rares légères, Objectif susceptible d’être un gisement de classe mondiale pour le Niobium, le Tantale, les
Terres rares légères et le fer.


CADRE GEOGRAPHIQUE ET INFRASTRUCTURE
L’objectif de Glibat Lafhouda est situé au Sud-Ouest de la ville d’Awserd

STRUCURE DE TWIHINATE A NIOBIUM, FER, TERRES RARES
ET OR


POINTS CLES
- Mégastructure volcanique à brèches de silice vacuolaire, oxydes de fer et carbonatites,
- Structure annulaire superposée à une anomalie magnétique et radiométrique,
- Fortes teneurs en Eléments de Terres Rares, Niobium,Fer et traces d'or
- Extension plurikilométrique avec des corps de dimensions hectométriques à kilométriques,
- Objectif susceptible d’être un gisement de classe mondiale pour les Terres Rares, le
Niobium et le fer.

Diamants

Tichla, Awserd
La quatrième pierre angulaire de l’exploration de l’ONHYM au sud du Sahara est la zone de Tichla, contenant plusieurs métaux intéressants, aussi bien que des diamants.
Elle est explorée par un joint-venture entre l’ONHYM et la compagnie canadienne Metalex.

Sources: Onhym


Pêche







Sur le principal axe routier reliant la grande ville du nord du Sahara occidental, El-Ayoun. à Dakhla, à plus de cinq cents kilomètres au sud, on ne compte plus les camions qui transportent poulpes et poissons blancs. La région totalise mille deux cents kilomètres de côte, et ses eaux sont parmi les plus poissonneuses du monde. Selon un rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE) du Maroc. le secteur de la pêche représente soixante-quatorze mille emplois. auxquels il faut ajouter une importante activité non déclarée. Pesant à elle seule 17 % du produit intérieur brut (PIB) de ce territoire, 31 % des emplois locaux et 78 % des captures marocaines, la pêche des « provinces du Sud » — comme on appelle officiellement au Maroc le Sahara occidental — génère une richesse immense.

Pétrole gaz...

LA SITUATION PETROLIERE DU SAHARA OCCIDENTAL

Au Sahara Occidental des bassins sédimentaires propices au stockage d'éventuelles présences d'hydrocarbures existent. La carte géologique du Sahara Occidental révèle que les terrains situés à l'ouest d'une ligne Smara La Güera (Cap Blanc) sont susceptibles de renfermer gaz et pétrole dont la présence a été mise en évidence, il y a 40 ans, sans que les découvertes aient donné lieu à une exploitation. Une structure géologique de dimensions comparables aux structures géantes du golfe arabe a été mise en évidence par des forages de la compagnie ESSO en 1968 .