A fin juin 2014, les engagements de dépenses, y compris celles non soumises au visa préalable d’engagement, se sont élevés à 245,3 MMDH, représentant un taux global d’engagement de 56% et un taux d’émission sur engagements de 78%, soit les mêmes taux qu’à fin juin 2013.

Les dépenses émises au titre du budget général se sont établies à 155,7 MMDH à fin juin 2014, en hausse de 6% par rapport à leur niveau à fin juin 2013, en raison de la diminution de 8,2% des dépenses de fonctionnement, conjuguée à une hausse de 14% des dépenses d’investissement et de 61,9% des charges de la dette budgétisée.

Les dépenses de fonctionnement émises ont atteint 92,9 MMDH, dont 51,4 MMDH ont concerné les traitements et salaires qui enregistrent une augmentation de 1,1%. Les dépenses de matériel sont en hausse de 10,2% (19,4 MMDH contre 17,6 MMDH) et les charges communes sont en baisse de 32,6% (22,1 MMDH contre 32,7 MMDH) en raison de la diminution de 46,7% des charges de la compensation.

Les salaires servis par la TGR à fin juin 2014 se sont établis à 51,4 MMDH contre 50,9 MMDH une année auparavant, soit une hausse de 1,1%. Les salaires servis par la DDP ont été de 44,9 MMDH, en hausse de 1% par rapport à leur niveau à fin juin 2013, en raison de l’augmentation de la masse salariale structurelle de 2,1% et de la baisse des rappels de 14,7%.

Les émissions au titre des autres biens et services ont été de 27,8 MMDH contre 24,7 MMDH un an auparavant, soit une augmentation de 12,7%. Ces dépenses tiennent compte des transferts au profit de la CMR (6 MMDH contre 5,1 MMDH), aux divers établissements et entreprises publics (8,8 MMDH contre 7,3 MMDH) et aux comptes spéciaux du Trésor (1 MMDH contre 1,3 MMDH)
.
Les charges en intérêts de la dette ont été de 13,2 MMDH à fin juin 2014 contre 12,9 MMDH à fin juin 2013, en augmentation de 2,4%. Cette hausse s’explique par l’augmentation des charges en intérêts de la dette intérieure de 3,3% (11,7 MMDH contre 11,4 MMDH) et par la baisse de celles de la dette extérieure de 4,7% (1.451 MDH contre 1.523 MDH). Les émissions au titre de la compensation ont été de 13,3 MMDH à fin juin 2014 contre 25 MMDH à fin juin 2013, en baisse de 46,7%.

Sur la base des recettes encaissées et des dépenses émises, le solde ordinaire enregistré à fin juin 2014 a été négatif pour 2,4 MMDH contre un solde ordinaire négatif de 13,6 MMDH un an auparavant.
Les dépenses d’investissement émises au titre du budget général se sont établies à 26,6 MMDH à fin juin 2014 contre 23,3 MMDH un an auparavant, soit une augmentation de 14%.

Ces dépenses tiennent compte du versement aux comptes spéciaux du Trésor d’un montant de 9,4 MMDH contre 8 MMDH à fin juin 2013.
L’évolution de la structure des dépenses du budget général entre fin juin 2013 et fin juin 2014 fait ressortir une augmentation de la part des dépenses de personnel, de matériel, d’investissement et des intérêts de la dette, conjuguée à la baisse de la part des dépenses de la compensation.
Les recettes des comptes spéciaux du Trésor ont atteint 42,7 MMDH. Ces recettes tiennent compte notamment de transferts reçus des charges communes du budget d’investissement de 9,4 MMDH et de 6,8 MMDH au titre des dons des pays du Golfe.

Les dépenses émises ont été de 35,9 MMDH, dont 25,7 MMDH au titre des comptes d’affectation spéciale.
Le solde de l’ensemble des comptes spéciaux du Trésor s’élève à 6,9 MMDH.
A fin juin 2014, les recettes des services de l’Etat gérés de manière autonome ont été de 804 MDH contre 1,3 MMDH à fin juin 2013, en baisse de 38,6%.
Les dépenses ont été de 668 MDH contre 603 MDH, soit une hausse de 10,8%.

A fin juin 2014, les recettes ordinaires ont été réalisées à hauteur de 51,9% des prévisions de la loi de finances, les dépenses ordinaires ont été exécutées pour 47,2% et les dépenses d’investissement ont été émises pour 54,1%


l'opinion