En 2011, l'anne de la catastrophe de Fukushima, le nuclaire assurait 11,7 % de la production mondiale d'nergie.
On lit parfois ici o l que, malgr la catastrophe de Fukushima, l'industrie nuclaire repart du bon pied et se dveloppe sur la plante. Cette allgations ne rsistent pas la consultation des donnes les plus officielles, comme par exemple la parution annuelle de l'Agence internationale de l'nergie (AIE) : Key World Energy Statistics.

Le rapport le plus rcent disponible est celui de 2013. Il est noter que les chiffres sont ceux de 2011 car l'AIE met deux ans pour recueillir toutes les donnes prcises, pays par pays. Or, c'est en mars 2011 qu'a dbut la catastrophe de Fukushima : depuis, les 54 racteurs du Japon sont arrts, puis l'Allemagne a ferm 8 racteurs, les USA 5 racteurs (**), etc.

Donc, aujourd'hui, la part du nuclaire est encore plus basse que ce que l'on peut voir dans ce document mais, d'ores et dj, en page n24, on constate que le nuclaire ne produisait en 2011 plus que 11,7% de l'lectricit mondiale, les renouvelables tant dj plus de 20% (15,8% + 4,5%).

Depuis, la part du nuclaire est passe sous les 10% car la production nuclaire mondiale a chut et, dans le mme temps, toutes les autres nergie ont progress : les renouvelables bien sr, mais aussi le trio ptrole-gaz-charbon.

On peut certes le dplorer (pour ce trio) mais c'est l'implacable ralit : si toutes les autres nergies progressent sauf le nuclaire, c'est tout simplement parce que ce dernier est TROP CHER, contrairement ce que les autorits franaises (politiques et industrielles) prtendent. Les multinationales de l'nergie n'ont que faire des risques sanitaires et environnementaux : si elles se dtournent du nuclaire, c'est uniquement pour des raisons de business, et leur verdict est sans piti pour l'atome.

Au fil des parutions des statistique annuelles, on constate de plus que la part du nuclaire dans l'lectricit mondiale dcline continuellement depuis 2001, bien avant Fukushima, et que cette part est passe de 17% en 2001 9% ce jour. C'est donc un vritable effondrement, qui va implacablement se poursuivre au fil des fermetures de vieux racteurs (plus de la moiti des 400 racteurs sur Terre a dpass 30 ans).

Il y a certes 72 racteurs en construction dans le monde mais une bonne quinzaine sont en chantier depuis 20, 25, 30 ou mme 40 ans comme Watts Bar (USA). Pour les autres, sachant qu'il faut en moyenne 15 ans pour mettre un racteur en service, on peut donc tabler sur 4 mises en service par an... ce qui ne compensera mme pas les fermetures.

Cette chute est si prononce que le lobby nuclaire mondial, la World Nuclear Association (WNA) a prfr censurer ses propres documents en faisant disparatre la courbe de la part du nuclaire dans l'lectricit mondiale :

Notons enfin que le nuclaire reprsente moins de 10% l'lectricit... qui reprsente elle-mme moins de 18% de la consommation mondiale d'nergie, comme on peut le voir sur Key World Energy Statistics en page n28. Le reste est majoritairement de la combustion de ptrole, gaz, charbon, biomasse, etc. Ce qui fait que, au final, le nuclaire couvre moins de 2% de la consommation mondiale d'nergie.

En rsum, le nuclaire impose des risques gigantesques, des problmes dramatiques et insolubles (dchets radioactifs en particulier), des crises gopolitiques de plus en plus inquitantes, et tout a en change d'une contribution drisoire et dclinante l'nergie mondiale. En clair : autant s'en passer au plus vite et se concentrer sur les vraies options d'avenir : conomies d'nergie et nergies renouvelables.

(**) Quatre racteurs amricains dfinitivement ferms en 2013 :
- Crystal River 1 de Duke Energy,
- San Onofre 1 et 2 de la Southern California Edison
- Kewaunee 1 de Dominion malgr une autorisation de prolongation 60 ans (2033).
Le racteur de Vermont Yankee sera dfinitivement ferm fin 2014 malgr une prolongation 60 ans (2032


co matin