Abdelaziz el Omari, ministre des relations avec le parlement et tout nouveau maire de Casablanca, semble vouloir trancher avec le style tout en discrétion de son prédécesseur Mohamed Sajid. Quand il fait quelque chose, il veille à la publication d’un communiqué. C’est ainsi qu’un premier de ces communiqués a été adressé à la presse pour faire part de l’ordre du jour de la première réunion du bureau du conseil de la Ville.


Le nouveau maire est ministre. Il n’aura donc pas beaucoup de temps pour faire son travail, prenant, au gouvernement, et pour s’occuper des affaires de la Ville. Il devra donc s’appuyer sur les présidents d’arrondissement. A cet effet, il a été décidé que la conférence ces présidents se tiendra régulièrement, la première étant programmée pour mercredi 7 octobre, avec un ordre du jour comprenant la convocation du directeur général de la Lydec pour s’enquérir des mesures préventives prises pour la saison des pluies. Les services de la prévention civile sont aussi requis à cette réunion. Il s’agira de discuter des canalisations urbaines et de nettoyer toutes celles qui ont besoin de l’être afin de faciliter le passage des eaux de pluie.
Le maire commence donc par une décision qui implique directement la population de la métropole, toujours inquiète à l’approche des premières pluies.
El Omari a également décidé de convoquer son bureau une fois par semaine, une réunion à laquelle il assistera pour convenir des orientations à prendre pour la bonne marche des administrations.
Cela étant, la question demeure toujours posée de la disponibilité du nouveau maire, sachant qu’en sa qualité de ministre des relations avec le parlement, il aura à gérer une loi de finances, la dernière de la législature, avec deux Chambres, dont une nouvellement élue et marquée par et dans l’opposition.
La communication municipale est très certainement une bonne chose, mais sera-t-elle suffisante pour assurer la présence d’un maire à son bureau, tous les jours ?