La Chambre des conseillers, deuxième institution législative du pays, a enfin été désignée, 4 ans après l'adoption de la constitution, et au terme d'un long procesus électoral. C'est l'Istiqlal qui arrive en premier, suivi d'une courte tête du PAM, les deux distançant assez largement le PJD. La logique numérique du scrutin du 4 septembre a donc été respectée. Les détails.

Voici les résultats complets pour les 120 élus nouveaux parlementaires :
1/ Istiqlal : 24 sièges ;
2/ PAM : 23 sièges ;
3/ PJD : 12 sièges ;
4/ MP : 10 sièges ;
5/ RNI : 8 sièges ;
6/ USFP : 5 sièges ;
7/ UC et MDS : 3 sièges chacun ;
8/ PPS : 2 sièges ;
9/ Al Ahd démocratique et Réforme et développement : 1siège chacun ;
Les SAP ont obtenu 8 sièges (il s'agit principalement des élus CGEM).
Pour les syndicats, l'UMT a gagné 6 sièges, la CDT et l'UNTM ont 4 sièges chacun et l'UGTM 3 sièges. Quant à la FDT, l'ODT et le SND, ils ont un siège chacun.

Et ainsi donc, l'opposition a numériquement… la majorité, comme dans l'ancienne Chambre. Le seuil de cette majorité est de 60 élus.
- Istiqlal + PAM + USFP + UC totalisent 55 sièges. Si on y ajoute les 6 de l'UMT et les 3 de l'UGTM, on obtient 64 sièges.
- PJD, PPS, MP et RNI (à supposer qu'il respecte la logique de la majorité gouvernementale) totalisent 32 sièges qui, avec les 4 de l'UNTM (syndicat affilié au PJD), accordent 36 sièges à la coalition au gouvernement.