Le Maroc tient son offensive diplomatique parlementaire pour contrer la volont de la Sude de reconnatre le Polisario et son autoproclame rpublique. Les dirigeants du PAM, PJD, Istiqlal, USFP, UC, RNI, MP, PPS et PSU se prparent dpcher leurs dirigeants, secrtaires gnraux ou autres, Stockholm pour faire entendre raison un gouvernement socialiste (allis aux Verts) sur le point de franchir la ligne rouge consistant reconnatre les sparatistes.


Cest ce qui est ressorti de la runion (le 28 septembre( du chef du gouvernement qui avait runi les dirigeants de parti, puis ensuite les leaders syndicaux, pour les sensibiliser sur la question et les mobiliser pour la dfense de la cause nationale quest le Sahara. La mission ne semble pas aise de prime abord, lactuelle majorit du parlement de ce royaume scandinave ayant depuis longtemps, et mme quand elle tait encore dans lopposition, uvr reconnatre la rpublique de Mohamed Abdelaziz.

Il faut dire que la Sude, lointain pays scandinave en principe tranger au conflit entre Maroc et Algrie, parce que cest de cela quil sagit en ralit, a affich depuis plusieurs annes une attitude hostile Rabat. En effet, elle a vot contre lAccord de pche Maroc-UE, et aussi contre laccord de libre-change agricole ; elle a aussi milit pour llargissement de la mission de lONU au Sahara pour intgrer les questions de droits de lHomme.
Les atouts du Maroc
Lactuel premier ministre sudois, le social-dmocrate Kjell Stefan Lfven, ne doit sa fonction qu lusure du pouvoir de son prdcesseur le Modr Fredrik Reinfeldtet une lassitude de llectorat face ce gouvernement qui a dirig le pays 8 ans durant. Arriv presque par hasard la tte des Sociaux-dmocrates, il a remport les lgislatives de 2014 par dfaut, avant de former un gouvernement minoritaire avec les Verts. Son succs mondial depuis la reconnaissance de lEtat de Palestine lui a donn des ailes, mais il se sait fragilis car il est considr comme le premier ministre le plus mal lu de son pays depuis la seconde guerre mondiale. Les Marocains, affichant un systme politique fort et lgitime, pourront avoir un certain avantage morale face un excutif sudois peu solide.
Le Maroc pourrait par ailleurs faire valoir que ces 15 dernires annes, une cinquantaine de pays ont retir leur reconnaissance de la rpublique sahraouie et que Stockholm gagnerait sinscrire dans cette tendance.
De plus, le Maroc, sil nest pas encore mergent, a de solides atouts conomiques faire valoir, bien que le blocage de louverture dIkea, dcide lundi 28 septembre, ne ft pas trs inspire. Les chefs de partis, pourront montrer aux Sudois o se trouve leur intrt conomique, et leur suggrer quils retireraient des avantages jouer le numro gagnant au Maghreb, en loccurrence le Maroc et non lAlgrie qui soutient le Polisario.
Enfin, les Marocains pourront faire tat de ce rapport de lOLAF (office anti-fraude de lUE) qui pingle les dirigeants algriens et sahraouis, les accusant de dtournements massifs des aides humanitaires accords aux habitants des camps de Tindouf, alors mme que le Maroc, comme lavait affirm le roi Mohammed VI, dpense 7 DH au Sahara pour chaque dirham quil en retire.
Les faiblesses de Rabat Stockholm
Les reprsentants du Maroc trouveront comme interlocuteurs des gens traditionnellement partisans de lmancipation des peuples. Lide est belle et le principe est exaltant certes, mais la dlgation marocaine devra ter cette ide de la tte des Sudois en leur montrant que le Sahara a toujours t territoire marocain et que le droit de ses habitants lautodtermination est une antienne algrienne davantage destine alimenter son hostilit pour le Maroc qu aider un peuple qui na rien demand et dont la majorit habite fort bien au demeurant au Maroc.
Par ailleurs, le Maroc na pas dambassadeur Stockholm depuis deux ans, ce qui met en retrait sa voix en Sude, pendant que les Sahraouis de Mohamed Abdelaziz et les Algriens font entendre la leur.

Les chefs de partis qui sapprtent partir en Sude devront donc avoir tous ces lments en tte pour se montrer persuasifs ; puis, si possible, revenir avec une avance, en loccurrence avoir sem dans un premier temps le doute dans lesprit des dirigeants sudois concernant lattitude algrienne, avant que, dans un second temps, le gouvernement de Stockholm ne comprenne de lui-mme quil lui serait prfrable de tourner le dos au Polisarialgerie pour regarder du ct marocain o il y a plus gagner.