Suite (et fin) de la formation des bureaux des collectivités territoriales… ce dimanche, donc, l’opération d’élection des bureaux provinciaux et préfectoraux a pris fin. Et le vainqueur, là aussi, est le PAM, devançant de loin, de très loin même, le PJD. Mais l’impression reste tenace de la victoire, quand même, de ce dernier au scrutin du 4 septembre.


Ainsi, le PAM a remporté la présidence de 22 conseils, soir 29,73% ;

Le RNI et l’Istiqlal ont gagné chacun 11 présidences, soit 14,86% pour chacun des deux partis ;

Le Mouvement populaire siègera à la présidence de 8 conseils, soit 10,81% ;

Le PJD, ex aequo avec l’UC et l’USFP, présidera 5 conseils, soit 6,76% pour chacune de ces formations ;

Le PPS a enlevé 4 conseils, soit 5,41% ;

Le PSU et al Ahd ont gagné 1 présidence pour chacun d’eux, soit 1,35% ;

Et un « sans appartenance politique » a gagné 1 présidence aussi, soit là aussi 1,35%.

Un conseil n’a pas encore été élu, le quorum n’y ayant pas été réuni.

Le conseil provincial est l’organe de gouvernance rattaché au gouverneur de la préfecture et de la province. Il connaît des affaires financières de sa collectivité, vote son budget et la représente auprès des tiers. Ces conseils n’ont pas une grande importance dans l’édifice administratif régional, surtout aujourd’hui avec la régionalisation avancée et les pouvoirs de plus en plus étendus des présidents de communes.