Petites histoires et grandes turpitudes des partis politiques suite llection du 4 septembre


Le scrutin est pass, au suffrage universel Les dsignations des bureaux communaux et rgionaux sont termines, mais les effets de cette lection se font encore sentir. En justice et dans les votes des uns et des autres Petit tour dhorizon des faits des uns et des mfaits des autres.


LIstiqlal
Karim Ghellab. Il est ancien ministre de lEquipement et du Transport et il est aussi ancien prsident de la Chambre des reprsentants, mais il na pu enlever serait-ce la prsidence de larrondissement de Sbata Casablanca. Et pour cause. Il tait le seul istiqlalien lu dans le coin, et malgr cela, il croyait en lui et en ses chances de devenir prsident, envers toute logique dmocratique ou logique tout court. Le jour venu, celui de llection du prsident, Karim Ghellab a prfr retirer sa candidature, expliquant, fort marri, quil avait contact des lus qui lui avaient promis leur suffrage, avant de changer davis et daller voguer ailleurs vers le PJD. Et pourtant ctait prvisible puisque le PJD avait obtenu 9 siges dans cet arrondissement de Sbata, le RNI 5, le PPS et le MP 1 chacun, alors que lIstiqlal avec SA voix et lUC avec 5 siges ne pesaient pas lourd dans la balance istiqlalienne.

Hamid Chabat. On le sait, on ne le sait que trop bien, le secrtaire gnral de lIstiqlal a tout perdu : mairie, Rgion et face. Puis le coup de grce. Celui assn par le ministre de lIntrieur Mohamed Hassad auquel on a imput une communication en Conseil de gouvernement (quil na jamais dmentie) sur un chantage exerc par ledit Chabat sur lEtat en lui demandant de laider prendre la prsidence de la Rgion en contrepartie de la paix Fs. Chabat ne sest pas trop exprim sur cette affaire, mais il a fait donner de la voix par ses affids. Dabord sa Jeunesse qui a rudement attaqu Hassad, rclamant sa dmission ou sa rvocation pour propos mensongers et autre vilenies toutes aussi innommables les une que les autres. Puis cest au tour du quotidien al Alam o le dput (trs) pro-Chabat Abdallah Bakkali, par ailleurs directeur de la publication, qui a qualifi le pauvre Hassad de technocrate parachut ayant obtenu une fonction bien plus grande que lui On attend la raction du ministre de lIntrieur.
Omar Hjira. Le prsident sortant de la commune dOujda, et qui voudrait bien le rester, narrive pas sentendre avec ses allis du PAM sur la liste et le nombre des vice-prsidences. Ne craignant absolument pas le ridicule, il persiste et signe en qualifiant les types du PAM dallis. Il a expliqu avoir t contact par le chef du parti Hamid Chabat qui lui a enjoint de maintenir cette alliance avec le PAM. Nest-ce pas le mme Chabat qui avait dcid dune manire brutale de renverser la table et de sunir au PJD, tournant le dos au PAM ? Comprenne qui pourra, et surtout qui voudra Dans lintervalle, les Oujdis nont toujours pas de prsident, mais ils ont en revanche de moins en moins destime pour leurs lus Istiqlal et PAM en gnral, et pour Hjira en particulier. Parfois, on regrette que le ridicule ne tue pas politiquement. Quoique.
Le PJD.
Fs. Le candidat n6 de la liste PJD, conduite par Driss Azami, est un ancien condamn, ayant fait de la prison. Il a t quand mme align avec les gens du PJD, qui peuvent aussi commettre des erreurs grossires. Chabat avait pourtant vot pour el Idrissi lors de llection pour la prsidence du conseil de la Ville. Mais il avait tout de mme est contre le n6, dont llection vient dtre invalide par le tribunal local, sans faire tomber toute la liste. Il est vrai que vu le tsunami lectoral du PJD Fs, les juges ont t bien inspirs de respecter la loi, dans sa lettre en boutant le fameux 6 hors du conseil, et dans lesprit en maintenant les vainqueurs en place.
Le PAM
Agadir. Cinq lus du PAM ont t dchus de leur mandat dlus du conseil communal de Klia, prs dAgadir. La raison est que lun des candidats, trs pieux, stait un peu oubli en se laissant aller faire sa prire la mosque vtu du dossard de son parti ; on imagine la scne, le type avec son tracteur sur le dos faisant ses gnuflexions la mosque. Les juges ont considr cela comme une tentative dinfluence des lecteurs et ont dchu le prieur et ceux qui laccompagnent sur la liste.
Le MP
Mohand Laenser. Lui, il a dmissionn du gouvernement parce quil y a incompatibilit entre la fonction de ministre et celle de prsident de Rgion. Il a quand mme mis la charrue avant les bufs car son lection la tte de la rgion Fs-Mekns nest pas encore constitutionnellement valide. Mais bon, si ce nest pas le cas, il sen remettra, il est ministre presque sans discontinuer depuis 30 ans. Il a aussi expliqu hier en confrence de presse quil comprend et salue le vote dOuzzine Aherdane, fils de Mahjoubi, grand guerrier sil en est et fondateur du MP, contre le MP ! Mais il ne pardonne pas le mme geste de la part dautres MP Fodalit, quand tu nous tiens Et il a dit aussi quil insiste sur son remplacement par un ministre MP, mais tout est possible, ajoute-t-il, prudent comme jamais, prudent comme toujours, ce qui lui a permis cette longvit gouvernementale.
Le RNI
Sad Chbatou. Lui, il est ancien ministre de deux ou trois trucs avec Abderrahmane el Youssoufi, et il est aussi un champion de la transhumance. Il doit avoir du mal choisir une idologie Il a, en effet, t membre du MP, puis de lUSFP, avant de rallier le RNI aux dernires lections, lequel RNI de Mezouar avait crois le fer avec le PJD pour la prsidence de la Rgion Dra-Tafilalet. Le PJD voulait Habib Choubani, qui a effectivement et en toute logique t lu, et le RNI avait fulmin pour placer son nouvel adhrent Chbatou. Mais ce dernier vient de voir son lection au conseil de la Rgion invalide parce que, force de changer de partis, il sest prsent en RNI alors quil navait pas encore tout fait dmissionn de lUSFP, ce que les avocats de ce dernier parti nont pas manqu de relever, et den convaincre les juges. Faut-il en pleurer ? Mieux vaut en rire.
AAB