Dans la capitale du Gharb, la liste Istiqlal était conduite par Mohamed Talmoust et celle du PJD avait le ministre de l’Equipement et du Transport Aziz Rabbah comme tête de liste. Le PJD avait contesté la liste de son concurrent istiqlalien avant les élections, mais le tribunal avait rejeté la demande. Les Istiqlaliens avaient donc participé aux élections.

Or, selon le site du PJD, un tribunal de Rabat vient d’annuler les résultats obtenus par le parti de Chabat à Kenitra, après un recours déposé par Aziz Rabbah. Me Jabourik, le défenseur du PJD, explique que la décision de la cour s’est fondée sur le fait que Mohamed Talmoust ne remplissait pas les conditions d’éligibilité, du fait qu’il avait été condamné à une peine d’emprisonnement, assortie d’une inéligibilité courant sur deux mandats électoraux consécutifs.
L’avocat explique également que les juges ont accepté les arguments du PJD, selon lesquels Mohamed Talmoust a usé de moyens publics lors de sa campagne, comme l’utilisation du courant d’électricité public et qu’il s’est également rendu coupable de fraudes comme le regroupement d’électeurs dans un café avant qu’ils n’aillent voter, puis après pour « vérification » de leur vote, et que cela a été consigné par huissier de justice.
Rappelons que dans la ville de Kenitra, le PJD et Aziz Rabbah avaient obtenu la majorité absolue, avec 45 sièges sur 69.