Younès Chekkouri a été transféré la semaine dernière en toute discrétion de la base militaire – et bagne – de Guantanamo vers le Maroc, et remis aux autorités marocaines. Un communiqué du procureur général de Rabat annonce qu’il est placé en garde à vue et interrogé par la Brigade nationale de police judiciaire (BNPJ). Son avocat et sa famille ont été avisés de sa présence sur le sol marocain.
Arrêté en 2002 en Afghanistan suite à l’invasion du pays par les GI américains, Younès Chekkouri a été enfermé aussitôt après à Guantanamo, suspecté d’être un proche d’Oussama Ben Laden. Il aura donc passé 13 ans dans ce bagne qui traite ses prisonniers de la manière qu’on sait. Dernier Marocain, sur 15, à être resté à Guantanamo, Chekkouri avait observé plusieurs grèves de la faim pour protester contre son sort, et avait été nourri de force par sonde nasale. Les Américains ont finalement eu la conviction qu’il ne représentait plus de danger pour les Etats-Unis. Il est vrai qu’en douze ans de Guantanamo…
D’après le communiqué du procureur de Rabat, Chekkouri est arrivé au Maroc le 16 septembre, alors que son transfèrement avait été initialement prévu en juin dernier. Ce n’est qu’hier que l’Etat a officiellement reconnu sa présence sur le sol national, son avocat Khalil Idrissi s’étant plaint de n’avoir aucune nouvelle de son client.
Désormais, son cas est traité selon les procédures en vigueur. Il a rencontré son avocat et devrait pouvoir également recevoir la visite de sa famille. Les services marocains le soupçonnent d’être à l’origine de la création d’une cellule terroriste locale affiliée à al-Qaïda