Le ministre de lEnergie Youcef Yousfi a insist sur la ncessit dexploiter le gaz de schiste. En dpit des risque environnementaux, le ministre estime que lAlgrie na pas le choix que de profiter cette ressource pour assurer ses besoins dans le long terme.

Daprs Youcef Yousfi, nous ferions preuve dacte irresponsable, si lAlgrie abandonne son projet dexploitation de gaz de schiste. Cest ainsi que le ministre a dcid de rpondre ses dtracteurs qui estiment que le gaz de schiste serait une erreur pour lconomie et lenvironnement algrien.

Pour Yousfi lavenir nergtique de lAlgrie est menac. Alors que les gisements de ptrole et de gaz sappauvrissent, la consommation national en nergie ne cesse de crotre. Un dsquilibre qui pourrait mettre lAlgrie dans les 50 prochaines annes dans une situation ingrable. Quel que soit le niveau des rserves dhydrocarbures que nous avons, il va se rduire un jour. Nous aurons besoin dnergie pour continuer le dveloppement conomique de notre pays, a rappel Youcef Yousfi.

Les hydrocabures non conventionnels, en loccurrence le gaz de schiste, sont invitables a-t-il ritr. Nous navons pas beaucoup dautres sources dnergie: le charbon, on nen pas suffisamment, le nuclaire pour produire llectricit cote trop cher et nous disposons pas actuellement de moyens pour le faire, et les nergies renouvelables ne peuvent pas couvrir nos besoins, a estim Youcef Yousfi.

Gaz de schiste, mais comment ?

Lavenir nergtique primerait donc sur la scurit environnementale. Pour faire taire les remarques concernant le procd lourd que demande lextraction du gaz de schiste. En effet cette technique exige dutiliser une importante quantit deau, et linquitude tait porte sur les nappes phratiques situes dans le sud algrien, seront-elles vides pour ce besoin, alors quil sagit de ressources non renouvelables. Youcef Yousfi a expliqu que le volume deau qui sera utilis pour lexploitation du gaz de schiste est le mme que celui utilis actuellement pour les autres hydrocarbures. Et par consquent, nous sommes en train dtudier les possibilits dutiliser leau sale au lieu de leau douce. Mais mme en cas o on utilisera cette dernire, ce sera une quantit non considrables par rapport nos rserves hydriques a-t-il prcis ajoutant quen matire de protection des nappes phratiques, lAlgrie matrise parfaitement la situation, et nous prendrons encore toutes les mesures de prcaution ncessaires, a-t-il promis.

La rdaction avec APS
Algerie Focus