Ragissant hier, suite aux consultations relatives la rvision de la Constitution, Abdelaziz Belad, prsident du front El Moustakbel, a assur que son parti a propos la cration dune Cour suprme constitutionnelle qui permettrait notamment une plus grande transparence lors des lections.

Intervenant lors dune confrence de presse, Abdelaziz Belad est revenu sur les consultations tenues ce dbut de semaine avec le chef de cabinet de la prsidence Ahmed Ouyahia.
Ainsi et pour le prsident du front El-Moustakbel, la cration dune Cour constitutionnelle est une ncessit. Il voquera aussi lurgence de la mise sur pied dune commission indpendante et permanente qui prendrait en charge les questions lies aux lections.

Aprs les lections prsidentielles, nous avons remarqu que nous avions perdu 17 000 voix. Nous aurions aim voir cette instance pour porter notre revendication et connatre la destination de ces voix, a dclar Abdelaziz Belad. Ce dernier sest aussi prononc pour la dissolution de lAssemble populaire nationale surtout, prcisera-t-il, si la nouvelle Constitution institue la commission permanente lue qui sera charge des lections.
Notant que son parti soriente vers une opposition positive, Abdelaziz Belad dira par ailleurs que son parti ne fera pas de la figuration pour les consultations en cours. Pour lui, une Constitution de consensus est une ncessit.

Lors de la consultation, nous avons voqu la rupture de la confiance entre les dirigeants et le peuple qui a abouti une impossible avance vers lavant et llaboration de lois claires. On a prcis que le parti participe aux discussions puisque nous sommes contre la politique de la chaise vide, a dclar le prsident du front El Moustakbel. Il prcisera que son parti opte pour un dialogue national ouvert. Nous esprons une Constitution qui ne soit pas labore pour une priode limite. Les anciennes constitutions taient ponctuelles et servaient les intrts des dirigeants de lpoque. Il sagit aussi de la limitation des mandats qui se pose actuellement sur la scne politique. Il y a une dominance vidente du pouvoir excutif sur les autres pouvoirs.

Le pouvoir est entre les mains dun seul homme qui est le prsident de la Rpublique, souligne Abdelaziz Belad pour qui il ny a pas de libert du juge et de la justice en Algrie. Il se prononcera de ce fait pour la dissolution de lAPN.

F.-Zohra B. - Alger (Le Soir)