Les tudiants franais auront-ils un jour le droit de se rendre sur Internet lors de leurs partiels ? Selon un rapport remis le 8 septembre Franois Hollande, ce mouvement est inluctable . De nombreuses autres prconisations concernant le numrique ont dailleurs t faites lexcutif, par exemple sagissant de lusage de licences libres pour les ressources pdagogiques ou de lintroduction dune licence Humanits numriques .

Aprs plus dun an de travaux, le comit pour la Stratgie nationale de l'enseignement suprieur (StraNES) a prsent mardi ses conclusions au gouvernement. Au travers dun volumineux rapport de 250 pages, cette institution compose duniversitaires, de reprsentants des collectivits locales et dacteurs du monde socio-conomique se penche notamment sur la question des nouvelles technologies. Faisant le constat dun nouveau rapport au savoir n avec Internet , les auteurs mettent en avant plusieurs pistes visant inventer lducation suprieure du XXIe sicle .

Des ordinateurs pour tous les tudiants, laccs au Web autoris durant les examens

Premire proposition : prvoir un usage systmatique du numrique dans la formation et lvaluation des lves. Lenvironnement numrique de travail doit dsormais tre la rgle, ce qui exige un accs des tudiants un ordinateur, la mise en place des infrastructures ncessaires mais surtout un usage systmatique par les enseignants et enseignants chercheurs qui auront t forms et impliqus plaide le comit prsid par luniversitaire Sophie Bjean. Il est ainsi prconis que les tablissements de lenseignement suprieur sassurent que chaque tudiant dispose dun ordinateur pour, dans le cas contraire, mettre en place un systme de prt .

Le rapport invite ensuite prendre acte de la transformation de laccs aux connaissances. Cela fait maintenant plusieurs dcennies quon autorise les calculatrices dans les examens ; ltape suivante est dautoriser comme au Danemark par exemple les ordinateurs avec accs total Internet. Cette tape est inluctable, anticipons-la afin de permettre le dploiement dune formation adapte au monde qui nous entoure exhortent ainsi les rapporteurs. Ceux-ci prviennent cependant que si toute linformation devient accessible en situation dexamen, les preuves devront voluer en consquence . Plus concrtement, cela signifie que les professeurs seraient amens faire jouer la capacit [de leurs tudiants] savoir trouver linformation pertinente, la comprendre pour la rinvestir dans une production personnelle ou collective .

Visiblement inspir par les travaux du Conseil national du numrique, le comit recommande galement linstauration dune licence dhumanits numriques , sans toutefois dtailler le contenu de cette formation. Pour rappel, linstitution prside par Benot Thieulin militait pour lintroduction dun bac Humanits numriques , qui aurait ctoy les traditionnelles sries S, ES et L. La piste ne semble cependant pas avoir t retenue par lexcutif. Lide tait de mler des enseignements gnraux avec de nouvelles mthodes pdagogiques, le tout renfort de cours en lien avec linformatique (programmation, pense algorithmique...).

Vers des campus modles ?

Dune manire plus gnrale, le comit StraNES demande ce que les universits se rnovent et passent lre 2.0 , sur un plan technique :

Il sagit dutiliser ds prsent tous les leviers pour construire pas pas des campus intelligents et numriques, adapts aux pdagogies par projet et par le numrique, avec des espaces de co-working et des classes connectes. Il sagit aussi de prvoir des systmes de gestion des espaces qui mobilisent le numrique pour une meilleure adaptation aux usages et aux besoins des tudiants, des personnels, des personnes en situation de handicap : capteurs pour moduler chauffage et clairage en fonction de laffluence, information en temps rel des tudiants sur les emplois du temps, la disponibilit de places...

Sachant pertinemment quun tel mouvement pourrait prendre beaucoup de temps (au-del de ses implications financires), les rapporteurs proposent dintroduire des critres dadaptation aux nouvelles pdagogies dans le cahier des charges de tous les projets btiment des contrats de plan tat-Rgions.

Une incitation claire en faveur de l'Open Source et des Creative Commons

Sagissant des contenus pdagogiques, o l aussi le comit invite les pouvoirs publics prendre pleinement en considration les opportunits offertes par les nouvelles technologies, cest un appel la vigilance qui est lanc, propos de la proprit intellectuelle. Face aux investissements massifs raliss actuellement dans le domaine de le-ducation, la France doit prendre des directives trs claires pour protger les crations de notre enseignement suprieur dune possible privatisation , mettent ainsi en garde les rapporteurs.

Leur prconisation ce sujet est plutt inattendue : La dmarche Open Source doit tre soutenue pour tous les outils dvelopps par les agents de lenseignement suprieur public. Plus avant, les contenus construits dans le cadre de lenseignement suprieur doivent tre placs sous licence Creative Commons , afin dviter quune entreprise ne les capte pour mieux les diffuser... et empche les enseignants lorigine de la cration den rester matres. Selon les rapporteurs, ceci nexclut en rien le soutien une industrie crative, tant que celle-ci respecte les droits de la communaut de lenseignement suprieur et lintrt gnral . Une pique peine voile envers les acteurs de ldition qui pourraient monter au crneau contre cette proposition.

En attendant la feuille de route de lexcutif...

Selon llyse, ce rapport sera dbattu ds cet automne devant le Parlement. Il faudra donc encore patienter avant de connatre le sort qui sera rserv ces recommandations. Du ct de la Rue de Grenelle, on indique cet gard que des chantiers seront ouverts dans les prochaines semaines afin que des actions concrtes puissent tre annonces par les ministres et rapidement mises en uvre , sans plus de prcision.