Choisie cet été par Vincent Bolloré pour reprendre la barre du Grand journal, Maïtena Biraben fera ses grands débuts, ce lundi 7 septembre, à 18h50 sur Canal+ (*). Sur fond de polémiques autour de la chaîne cryptée, c’est une experte de la communication qui a peaufiné son plan com’ de rentrée : Anne Hommel, femme d’influence connue pour avoir travaillé sur les dossiers sensibles de DSK et de Jérôme Cahuzac.

En 2014, Le supplément de Canal+, alors présenté par Maïtena Biraben, brossait le portrait d’Anne Hommel, communicante de choc qui avait fait parler d’elle pour avoir “géré” DSK pendant l’affaire du Sofitel et Jérôme Cahuzac empêtré dans ses mensonges fiscaux.

Difficile d’imaginer qu’un an plus tard, ce serait sur le cas personnel de la présentatrice de Canal+ que se pencherait la “spin doctor” préférée des décideurs.

Maïtena Biraben n’a pourtant rien d’une “paria médiatique”. Auréolée du succès du Supplément et d’une bonne cote de sympathie, la présentatrice a toute légitimité pour reprendre l’émission vitrine de Canal +.

Au sein de la nouvelle direction de Canal + – une chaîne en pleine recomposition depuis l’arrivée aux commandes de l’industriel Vincent Bolloré, qui a lui lui-même imposé Maïtena Biraben à la place d’Antoine De Caunes -, le sujet a en tout cas été jugé assez sensible pour solliciter cette spécialiste du déminage médiatique.

Anne Hommel a longtemps travaillé pour l’agence Euro RSCG, dirigée par Stéphane Fouks, proche de Dominique Strauss-Kahn. Après l’affaire du Sofitel, elle a créé sa propre agence, Majorelle et reste proche de plusieurs personnalités du monde politique et des affaires.

* Pour sa première au Grand journal de Canal+, lundi 7 septembre, Maïtena Biraben recevra Manuel Valls.