Pourquoi, aprs les Librations, l'chec de la libert ?



Midi toujours. Eternellement. L'heure du doute. Le soleil regarde la terre rvle absolument. Etrange cas : les pays qui ont pay le prix fort de leur libration, n'ont pas le culte de la libert. On va s'abmer chercher qui est coupable : le peuple qui acquiesce sa condition ou le rgime qui lui confisque sa libert. L'un dans l'autre. Passons. Le sujet du jour est ce qui manque le plus au monde dit arabe : la Libert. Celle d'entreprendre, de crer, marauder, se promener, se dnuder, nager, rire, oser, fabriquer, commencer, aller, revenir, voler et s'envoler. La libert. En grande banderole tendue entre le lever du soleil et son coucher. Immense dans le cur et l'horizon. Pas seulement les liberts d'expression , de jener ou djeuner ou de dnuder ou nager. Mais toute les autres. On croit que ce sont les liberts publiques et civiques qui manquent, seulement, en Algrie, par exemple. Faux : le reste aussi. Il y a lien direct entre l'absence de libert du corps et du dsir et l'absence de libert d'entreprendre. Le manque de libert est aussi et surtout conomique par exemple : vous prouverez la mme colre et la mme frustration si vous voulez tre libre et vous en tes empch, que si vous voulez crer votre entreprise, en Algrie.

En gros, le manque de libert freine toutes les autres : on en devient colrique, malheureux, triste, violent, mais aussi pauvre en conomie, peu cratif, peu entreprenant et donc peu utile l'conomie. Bill Gates a invent son entreprise dans un hangar. C'est le mythe fondateur de l'entreprise amricaine. La startup. Le coup de gnie mlant l'ado l'innovation. A la base de l'histoire, la libert qui donne l'acte le sens de l'aventure. La facilitation crer. Dans la division de travail internationale, la caricature donne l'arabe la fonction, d'ailleurs aime au dtail, d'agent de scurit ou de gardien. Du robinet. Des gisements fossiles. Ce monde ne produit pas, ne participe pas l'innovation humaine, la course au neuf et au miracle et au soulagement de l'espce ou son confort. Caricature certes, mais vrit, aussi. On peut, aussi, la nier et ne pas lire le reste de cette chronique, mais cela ne change pas la ralit.

D'ailleurs tout le dbat dans le monde dit arabe tourne autour de la libert ? Qu'en faire? O elle commence ? O elle s'arrte et baisse le regard ? Qu'est-ce que c'est? Le rgime la veut assise et accrdite et avec agrment. L'islamiste la veut voile, muette et soumise. Le progressiste la veut aussi, mais en doute, la souponne d'tre dangereuse ou n'y croit pas ou dit qu'il faut l'arroser avec de l'eau mentale ou la veut dans son primtre ou l'analyse si bien qu'elle perd son got ravissant et sa couleur qui rend fou et heureux. Le voisin ne l'aime pas en femme, en jeune femme, en genou nu. La foule la pourchasse comme une maladie. En gros, la libert, dans le monde des pays arabes, angoisse. Profondment. Chacun d'entre nous. L'une des grandes dcouvertes du chroniqueur a t de conclure que, normment, de gens ont peur d'tre libres. C'est tout. Ce dsir puissant qui nous fait galer l'ternit, mme dans l'tincelle du bref, terrorise.

La libert n'est pas un slogan. C'est le socle de l'conomie, la richesse, donc la puissance et la joie. On ne peut pas tre riche et puissant sans conomie puissante donc crative. Et on ne peut comprendre la crativit sans libert et la libert est un tout comme le ciel. Et c'est le nud du monde dit arabe : son angoisse face la libert, aprs la libration, le laisse au carrefour du monde, assis sur la valise, face des choix qu'il ne veut pas endosser, payer, consommer ou assumer. Quand on refuse la libert l'autre, on s'emprisonne en devenir son gelier. On s'appauvrit avec lui et lui se meurt avec vous. Il n'y a pas de gagnant. On le voit autour de nous. L'homme qui enferme sa femme, se promne alourdi de serrures au visage. Le rgime qui enferme ses gens, mourra violemment avec eux. L'homme qui dteste la libert en devient malade.

C'est midi: l'heure des grandes ides flottantes qui vous viennent du plafond. Dont celle-ci. On ne peut avoir de grandes entreprises, sans libert d'entreprise. Et donc sans libert tout court.


par Kamel Daoud


Le Quotidien d'Oran .