lundi 21 juillet 2014

Mads Gilbert

Mon respect pour les blesss est infini, leur dtermination contenue en pleine souffrance, dans lagonie et le choc... , crit le docteur Mads Gilbert.


Chers amis,
La nuit dernire a t extrme. Linvasion terrestre de Gaza a amen des dizaines de vhicules surchargs de toutes sortes de Palestiniens blesss, mutils, dchiquets, sanglants, tremblants, agonisant de tous ges, tous des civils, tous innocents.
Les hros dans les ambulances et dans tous les hpitaux de Gaza travaillent en quipes de 12 24 heures, gris de fatigue et de charges de travail inhumaines (sans aucune rmunration depuis 4 mois Shifa). Ils soignent, trient, essaient de dmler lincomprhensible chaos de corps, de tailles, de membres - des humains marchant, ne marchant plus, respirant, ne respirant plus, saignant. DES ETRES HUMAINS !
Maintenant, traits une fois de plus comme des btes par larme la plus morale du monde (sic !)
Mon respect pour les blesss est infini, leur dtermination contenue en pleine souffrance, dans lagonie et le choc. Mon admiration pour le staff de volontaires est infinie ; tre proche du soumoud palestinien me donne la force, mme si par moments jai seulement envie de crier, de serrer quelquun contre moi, de pleurer, de sentir la peau et la chevelure de lenfant chaud, couvert de sang, de nous protger en nous tenant dans les bras indfiniment mais nous ne pouvons pas nous le permettre, et eux non plus ne peuvent pas.
Des visages de cendre Oh NON ! Pas encore un chargement de dizaines de mutils saignants !
Nous avons dj des lacs de sang sur le sol des Urgences, des piles de pansements saturs de sang dgager oh les nettoyeurs, partout, dblaient rapidement le sang et les serviettes, les cheveux, les vtements, les canules vestiges de mort ils les enlvent tous pour en prparer de nouveaux, pour recommencer le tout.
Plus de 100 cas sont arrivs Shifa ces dernires 24 heures. Assez pour un grand hpital bien entran avec tout ce quil faut, mais ici il ny a presque rien : pas dlectricit, deau, de matriel jetable, de mdicaments, de tables dopration modulables, dinstruments, de moniteurs ils sont tous rouills comme sils sortaient de muses des cliniques de jadis. Mais ils ne se plaignent pas, ces hros. Ils continuent avec ce quils ont, comme des guerriers, de front, extrmement dtermins.
Et comme je vous cris ces mots, seul, sur un lit, mes larmes coulent, les larmes chaudes mais inutiles de la douleur et de la colre, de la rage et de la peur. Cela nest pas vraiment en train de se passer !
Et alors, juste maintenant, lorchestre de la machine de guerre isralienne redmarre sa rpugnante symphonie, juste maintenant : des salves dartillerie depuis les navires de guerre juste au bas des plages, les rugissants F-16, les drones curants (en arabe : zennanis : les bourdons), et les Apache en pagaille.
Tous produits et pays par les Etats-Unis.
M. Obama, avez-vous un cur ?
Je vous invite, passez donc une nuit, juste une, avec nous Shifa. Dguis en nettoyeur peut-tre.
Jen suis convaincu 100 % : cela changerait lHistoire.
Personne ayant un cur ET du pouvoir ne peut sortir dune nuit Shifa sans tre dtermin mettre fin au massacre du peuple palestinien.
Mais les sans-curs et sans-piti ont fait leurs calculs et planifi dautres massacres dahyia contre Gaza.
Les fleuves de sang continueront couler la nuit qui vient. Je peux entendre comment ils ont accord leurs instruments de mort.
Je vous en prie. Faites ce que vous pouvez. Ceci tout CECI ne peut pas continuer

Mads Frederick Gilbert MD PhD
Professeur et Chef de clinique
Clinique de mdecine dUrgence
Hpital Universitaire de Norvge du Nord (UNN)