La présentation des nouveaux MacBook et de leurs nouveaux concurrents de chez Google, les Chromebook Pixel a marqué l'arrivée de l'USB type C, et par extension de l'USB 3.1. Cette norme, qui date d'août 2014 n'apporte pas que des changements ergonomiques, elle permet notamment de recharger les ordinateurs portables. Voici tout ce qu'il faut savoir sur l'USB type C.
Un port USB type C sur la tablette Android Nokia N1. © ANDROIDPIT
USB type C - Différences avec l'USB 3.0

USB type C - USB 3.1 : qu'est-ce que c'est ?

De manière générale, l'USB type C reprend et améliore les caractéristiques des connecteurs que nous connaissons tous, le fameux type A. Type C ne définit quele nouveau type de connecteur réversible, mis en avant par Apple lors de son dernier Keynote. "Type C" ne désigne en aucun cas autre chose. Il est cela dit intimement lié au développement de l'USB 3.1 et de la norme USB PD. Dans les faits, l'USB 3.1 est très peu répandu sur le marché des smartphones. Actuellement, même certains des fleurons Android de pointe sont équipés de ports USB 2.0 seulement. Pour nous utilisateurs, les différences entre l'USB 3.0 et l'USB type C/USB 3.1 sont les suivantes :
USB 2.0 USB 3.0 USB type C / USB 3.1
Connecteur A, B A, B Réversible
Vitesse théorique maximale 60 Mo/s 625 Mo/s 1,2 Go/s (USB 3.1)
Puissance maximale 4,5 Watts 60 Watts (100 Watts avec câble Power Delivery)
DisplayPort Non Non Oui
Chargement dans les deux sens Non Non Oui (USB Power Delivery)

De gauche à droite : micro B, UC-E6, Mini B, A femelle, A mâle, B mâle. Le plus utilisé est le A mâle actuellement. © Viljo Viitanen / Wikipedia
USB type C - Les avantages

En matière de rechargement, les avantages apportés par les nouveautés de l'USB type C sont nombreux. Non seulement, on peut recharger son smartphone depuis son ordinateur portable, mais on peut aussi recharger son ordinateur portable via cette prise USB type C. C'est le nouveau standard Power Delivery, USB PD qui se charge de cela.



L'idée va plus loin qu'une simple question de praticité, on peut imaginer recharger un ordinateur avec un chargeur mobile, comme ceux que l'on utilise pour nos smartphones actuellement. Sous réserve de matériel compatible et récent, on pourra même assurer l'alimentation d'un ordinateur via un écran, tout en l'utilisant. Le port USB type C du Chromebook Pixel. / © Google
Bien entendu, tout ça est rendu possible par la norme USB PD, et non pas par l'USB type C en tant que tel. Mais les deux standards sont très liés, la plupart des appareils disposant de connecteurs USB type C devraient être compatibles. C'est notamment indispensable pour les appareils dotés de peu de ports USB.Les nouveaux MacBook par exemple ne possèdent pas de prise séparée pour le rechargement, et n'ont qu'un seul port USB. Et c'est tout de même le seul standard partagé par Google et Apple pour le rechargement, tout du moins pour le format du connecteur. Une intercompatibilié jamais vue

Dans l'absolu, l'USB type C est le premier standard USB qui réunit les différents fabricants autour d'une norme pour le transfert de données et le rechargement. Ironie du sort, elle est mise en avant par Apple, champion des technologies propriétaires s'il en est. Les connecteurs microUSB seront-il remplacés par l'USB type C sur nos smartphones ? © ANDROIDPIT
Des connecteurs plus fins

Les connecteurs de l'USB type C sont beaucoup plus fins que les connecteurs USB type A. Dans les détails, on passe de 1,4 x 0,65 cm à 0,83 x 0,26 cm. L'avantage n'est pas particulièrement évident sur smartphone cela dit, car le micro USB est déjà très compact : 0,7 x 0,15 cm. Mais les câbles sont plus petits du côté où se trouve actuellement le connecteur de type A.Réversible dans les deux sens

Un petit pléonasme pour vous informer d'un aspect pratique du type C. Vous savez déjà que le connecteur peut être connecté dans les deux sens, mais si nos appareils Android passent au type C, on pourrait également les brancher sans se soucier de quel connecteur va de quel côté. C'est un détail, je vous l'accorde.USB type C - Les inconvénients

L'habit de fait pas le moine

Le premier inconvénient de l'USB type C, c'est que même si son développement est lié à l'USB 3.1 et à l'USB PD, on ne peut pas se fier à la forme seule du connecteur pour savoir si un appareil est compatible USB 3.1 et offre tous ces avantages.
Attention, il ne s'agit pas de dire que les constructeurs sont malhonnêtes, j'ai par exemple pu prendre en main la Nokia N1, qui est équipée d'un connecteur USB type C. Pour cette excellente tablette milieu de gamme, seule change la forme du connecteur, le standard utilisé est de l'USB 2.0. La marque est tout à fait honnête à ce sujet et ne met pas en avant de quelconques avantages douteux liés à l'USB type C.
Malgré tout, certains constructeurs pourraient profiter de la confusion. En tant qu'utilisateur, il faut donc se fier à la fiche technique et aux tests plutôt qu'à la forme du connecteur. L'habit de fait pas le moine, ou plutôt le connecteur ne fait pas l'USB. Pas de rétrocompatibilité sans adaptateur

Qui dit changement de forme de connecteur, dit pas de rétrocompatibilité. Tout du moins partiellement, car on peut toujours trouver un adaptateur pour brancher nos "vieux" appareils en connecteurs de type A sur des ordinateurs équipés de ports USB type C. Bien sûr, pour profiter des avantages de l'USB 3.1, il faut que les appareils soient compatibles. Reste qu'il faut acheter des adaptateurs. Pensez-vous que les prochaines années verront l'USB type C s'imposer comme standard de rechargement pour tous les appareils, Apple y compris ?