Le spécialiste de l'aéronautique Boeing travaille sur la production de drones capables d'infecter les ordinateurs et smartphones aux alentours.

En début de mois, nous apprenions que la société milanaise Hacking Team, qui propose des outils d'interception des communications entre internautes aux gouvernements ou aux pouvoirs publics, avait elle-même été hackée. Quelque 400 gigaoctets de données confidentielles ont été récupérés révélant la nature des relations entre Hacking Team et ses partenaires. Ces documents sont mis à disposition sur le site Wikileaks.

Parmi les informations révélées, la filiale Insitu de Boeing, spécialisée dans la production de drones, avait signé un partenariat avec Hacking Team afin de procéder à des hacks à distance. L'appareil serait ainsi en mesure de cibler un smartphone ou un ordinateur portable en particulier puis de l'infiltrer via un réseau Wi-Fi.

Selon le magazine The Intercept, qui rapporte l'information, le drone en question est prévu pour pouvoir accéder aux fichiers à distance, récupérer le journal des appels, l'historique des messageries instantanées ou encore les emails.

Au sein des emails aspirés sur les serveurs de Hacking team, nous trouvons notamment une feuille de route datant du mois de juin. Celle-ci fait mention d'un petit appareil pouvant être transporté par un drone et capable de récupérer les données transitant via les réseaux.

Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : 035C000008116156-photo-drone.jpg 
Affichages : 4 
Taille : 40.6 Ko 
ID : 1307

Le document explique que l'attaque devra prendre en charge Windows 10 ainsi que le navigateur Microsoft Edge et Skype Web. Sur OS X, Hacking Team a finalisé un dispositif scannant les sauvegardes locales d'iTunes et planchait sur la capture des certificats d'iCloud et des images de l'application Photos.