La stabilisation des prix de limmobilier en Algrie nest pas pour demain. La tendance gnrale des prix des appartements et des lots de terrain demeure la hausse en dpit des grands efforts dploys par lEtat pour renforcer le parc immobilier national par de nouveaux logements.


Selon le prsident de la Fdration nationale des agences immobilires (FNAI), Abdelhakim Aouidat, cit par lAPS, en moyenne le prix de limmobilier se ngocie Alger et dans les grandes villes partir de 140 000 DA le mtre carr. Un seuil jug trop lev par comparaison aux prix pratiqus dans les pays voisins, mme au Sud de lEurope.
En tentant dexpliquer ce phnomne, il dira que les seuils de prix atteints sont la consquence dune conjugaison de plusieurs facteurs : dficit structurel de loffre de logements, multiplication des intermdiaires, recyclage des surliquidits du march informel et dysfonctionnement du dispositif de contrle fiscal. En ce qui concerne le dficit structurel, il affirme que le march de limmobilier est maintenu sous la pression dun dficit de logement jusque-l non absorb. Les chiffres fournis par lOffice national des statistiques (ONS) rvlent dans ce cadre que le taux doccupation du logement (TOL) est pass de 7,14 en 1998 6,4 en 2008. Ce taux devrait voluer fin 2014 4,5 personnes par logement, la faveur du programme 2010-2014. Avec un parc de plus de 7 millions de logements pour une population de plus de 38 millions dhabitants, lAlgrie reste nettement en de des normes internationales admises en termes de taux doccupation de logement , soutient-il. En plus du dficit du parc, M. Aouidat voque un autre phnomne qui contribue aussi cette flambe. Il sagit de la multiplication des intermdiaires. En effet, prs de 80% des transactions immobilires sont effectues par des intermdiaires. Prs de 80% des transactions immobilires sont assures par des intermdiaires anonymes , affirme-t-il, expliquant que le march de limmobilier ntant pas visible, tout le monde y intervient . Selon lui, deux ou trois intermdiaires peuvent se relayer sur un mme produit immobilier et provoquer artificiellement une surenchre des prix. Sur une priode de dix ans (2003-2013), linflation affectant limmobilier a ainsi connu une ascension vertigineuse oscillant entre 400 et 600%. En outre, M. Aouidat a dplor labsence du mtier dvaluateur de biens, tout en soulignant limprieuse ncessit de sa mise en place en vue dintroduire une dose de rationalit dans lvaluation financire des biens. Lautre explication donne est ltendue de lconomie informelle qui nourrit la flambe des prix.
Daprs la mme source, largent gagn dans lconomie informelle est inject dans le march de limmobilier, provoquant ainsi une hausse importante des prix. Interrog sur la formule promesse de vente largement pratique sur les logements frapps par lincessibilit, le prsident de la FNAI a dplor lexistence de telles pratiques qui sont une porte ouverte dinextricables contentieux . Avec le concours dintermdiaires, des logements frapps dincessibilit sont cds par le biais dune reconnaissance de dette et dune procuration notarie. Ces transactions conclues en toute illgalit aboutissent le plus souvent des procs devant les tribunaux , a-t-il soutenu. Les transactions illgales touchent galement les lots de terrains btir. M. Aouidat relve que des lots de terrains sont encore vendus la priphrie dAlger en recourant la procdure de vente illgale dite du papier timbr .
En dernier lieu, le prsident de la FNAI voque le manque transparence dans la dclaration des montants dachat et de location de limmobilier. Cette sous-dclaration value prs de 50% du prix rel est une pratique gnralise, que nous avons souhait liminer en faisant une srie de propositions lattention des pouvoirs publics. Pour le prsident de la FNAI, la dclaration du prix rel est doublement avantageuse. Elle devrait permettre au citoyen acqureur de rgler la transaction en toute transparence et tre correctement indemnis par sa socit dassurances en cas de catastrophe naturelle.


Auteur: Youns Sadi-reporters.dz