Au mois de janvier 2014, BSI Economics abordait la thmatique du travail des femmes et de leur rle comme source de dveloppement dans l'article d'Axelle Fofana Les politiques de dveloppement du travail des femmes, sources de dveloppement . Nous revenons nouveau sur la question travers l'approche plus spcifique de l'autonomisation conomique des femmes.

Aujourd'hui l'galit des sexes figure au cur de la question du dveloppement. Dans l'approche des capabilities mise en avant par Amartya Sen Prix Nobel d'Economie (1998), le dveloppement est dfini comme l'gale libert dont dispose une personne pour choisir entre des modes de vie possible . En 2012, le Rapport de la Banque Mondiale Egalit des Genres et Dveloppement a repris la dfinition du Prix Nobel travers la perspective des genres. Le dveloppement est ainsi caractris comme un processus travers lequel les liberts des hommes et des femmes sont largies de faon galitaire . Par genre on se rfre l'ensemble des attributs sociaux, comportementaux et culturels ainsi qu'aux normes et aux attentes associes au fait d'tre un homme ou une femme. L'galit des sexes et l'autonomisation conomique des femmes figurent dans les huit Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement (OMD 3) et sont considres comme un levier cl pour atteindre les sept autres objectifs. L'autonomisation conomique des femmes est reconnue comme un droit fondamental.

Pourtant des tudes rcentes montrent que les femmes constituent une source puissante de dveloppement. Selon les estimations de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (2011), si on donnait aux exploitations agricoles diriges par des femmes un accs gal aux ressources (semences et engrais) le nombre de personnes en situation de faim chronique diminuerait de 100 millions au niveau mondial. Sur la mme ligne, l'tude de Booz & Company (2012) a mis en vidence qu'une augmentation du taux d'emploi des femmes au niveau de celui des hommes aurait un impact positif direct sur le PIB de nombreux pays o les discriminations hommes/femmes sont les plus importantes. Ainsi, le PIB de l'Egypte augmenterait de 34%, des Emirats Arabes de 12%, de l'Afrique du Sud de 10% et du Japon de 9%.

Rappel sur les notions de genre et d'autonomisation conomique des femmes

La notion de genre renvoie trois principales dimensions : l'accumulation des dotations (ducation, sant et biens physiques) ; l'utilisation de ces ressources afin de crer des opportunits conomiques qui gnrent des revenus ; l'impact de ces actions sur le bien-tre des individus et des mnages. Toutes les contraintes affectant l'un ou l'autre de ces aspects se traduit par une rduction du bien tre.

L'autonomisation conomique est dfinie comme un processus constitu de deux volets principaux : les ressources et les possibilits. Les ressources de production sont les dotations dont les femmes ont besoin pour voluer conomiquement. Celles-ci comprennent les ressources financires (revenu, pargne, crdit), les actifs corporels (terres, logements, technologies) et incorporels (comptences, savoir-faire technique et reconnaissance sociale). Nanmoins, le fait de disposer de ces ressources n'implique pas pour autant que les femmes bnficient d'une autonomie conomique. Elles doivent tre mme de dcider de l'allocation de ces actifs et de les utiliser lorsqu'elles entreprennent des activits conomiques rentables. Or dans la plupart des pays, les femmes ont un accs limit aux ressources et leur contrle par rapport aux hommes.

L'autonomisation conomique des femmes relve d'une approche holistique qui intgre diffrentes facettes : la culture et les traditions qui faonnent les rles qu'on attribue aux femmes et aux hommes ; la sant car les femmes souffrent de manire disproportionne des dficiences des services de sant publique. Les femmes tant surreprsentes parmi les personnes les plus pauvres au monde. Dans le secteur informel, elles sont particulirement vulnrables la maladie et sont peu susceptibles de pouvoir se permettre des traitements de sant privs. La capacit des femmes allouer les ressources ncessaires leur russite conomique et leur inclusion dans le processus dcisionnel de leurs familles, de leurs communauts et de leurs gouvernements, impactent directement l'amlioration de leurs conditions de vie.

L'autonomisation conomique renvoie donc au pouvoir d'agence des femmes, dfini comme leur capacit prendre des dcisions et tre en mesure d'agir en fonction de celles-ci. Aujourd'hui encore les femmes sont les premires victimes de la pauvret et leur potentiel est sous-utilis par rapport celui des hommes. D'aprs les chiffres d'ONU Femmes, en 2012 70% des personnes vivant avec moins de 1 dollar par jour sont des femmes et des filles. Ellesreprsentent 58% de la totalit du travail non rmunr. Dans les pays en dveloppement (PED) d'Afrique, d'Asie et du Pacifique, elles travaillent habituellement de 12h 13h de plus que les hommes par semaine. Les femmes constituent 43% de la main d'uvre agricole mondiale pourtant elles possdent trois fois moins de terre. La proportion de femmes ayant un travail rmunr dans le secteur non agricole reprsente moins de 20% dans les pays du Moyen Orient, de l'Afrique du Nord et d'Asie du Sud, et moins de 35% dans les pays d'Afrique Sub-saharienne. Jusqu' 45% des femmes les plus pauvres n'ont aucun droit de parole dans les dcisions relatives la gestion de leurs propres revenus.

L'autonomisation conomique des femmes est considre comme un instrument essentiel pour promouvoir la croissance conomique et le dveloppement.

1. Etat des lieux

1.1 Des progrs importants raliss en faveur des femmes ces 25 dernires annes

Ce sont sur ces 25 dernires annes que les progrs en matire d'galit des sexes ont t les plus importants.
Tout d'abord, les disparits dans l'ducation primaire se sont considrablement rduites au niveau mondial. Mais l'volution la plus marquante concerne l'ducation secondaire. On observe une tendance inverse dans les carts de taux de scolarisation secondaire, en particulier en Amrique Latine et aux Carabes et en Asie de l'Est, o le nombre de filles surpasse dsormais celui des garons. D'aprs le rapport de la Banque Mondiale (2012), dans 45 pays en dveloppement les filles sont relativement plus nombreuses que les garons dans les coles du secondaire. Cette tendance s'observe galement au niveau des universits dans 60 pays.

Le taux d'esprance de vie des femmes dans les pays faibles revenus a nettement augment. Ainsi entre 1960 et 2012, celui- ci a augment en moyenne de 20 ans par rapport celui des hommes.

Environ un demi-million de femmes ont rejoint le march du travail ces 30 dernires annes. Cette augmentation est lie principalement la hausse de la participation du travail rmunr des femmes dans les PED. En 2012, les femmes constituent 40% de la main d'uvre mondiale.

1.2 D'autres disparits importantes persistent

La surmortalit des hommes au niveau mondial en 2008 tait estime 1 million compar 6 millions pour les femmes. Dans les pays faibles et moyens revenus, on estime les dcs des femmes au nombre de 3.9 millions parmi lesquels 2/5 avant la naissance, 1/6me pendant la petite enfance et 1/3 au cours de la priode reproductive. Ces chiffres sont en augmentation en Afrique Subsaharienne dans les pays o le VIH/Sida continue de svir.

En Asie du Sud et en Afrique Subsaharienne, malgr les progrs raliss, le taux de scolarisation des filles dans l'ducation primaire et secondaire est largement infrieur celui des garons.

Un accs ingal aux opportunits conomiques : les femmes ont plus de probabilit que les hommes d'effectuer un travail non rmunr au sein de l'activit familiale ou de travailler dans le secteur informel. Les femmes agricultrices disposent en gnral de terrains agricoles plus petits et de cultures moins rentables que celles des hommes. Quant aux femmes entrepreneurs, elles interviennent dans des secteurs moins lucratifs au sein d'entreprises plus petites.

Dans la plupart des pays, le pouvoir de ngociation des femmes pauvres au sein de leurs mnages est trs limit notamment dans l'accs aux ressources et leur utilisation. De manire gnrale, les femmes sont toujours sous-reprsentes dans la vie politique et dans les chelons suprieurs de la socit.

2. L'autonomisation conomique des femmes un des vecteurs de la croissance conomique

2.1 L'impact de l'galit des genres sur la croissance conomique

De nombreuses tudes ont mis en vidence l'impact positif de la promotion de l'galit des genres sur le dveloppement conomique. Les travaux rcents raliss par Booz & Company autour d'un nouvel indicateur, le Third Billion Index,ont dmontr une corrlation importante entre l'autonomisation conomique des femmes et la croissance conomique.

Le Third Billion Index est un indicateur composite qui prsente le potentiel de participation conomique des femmes. Son objectif est de classer les pays selon le niveau d'autonomisation conomique des femmes effectivement mis en place au sein du march. Il est compos d'une batterie d'indicateurs issue des donnes collectes par The World Economic Forum et The Economist Intelligence Unit sur un chantillon de 128 pays.

Pour traduire le statut conomique des femmes au niveau quantitatif, il s'appuie sur des indicateurs classs en deux volets :

- les inputs prsentent les mesures (lois et politiques) mises en place par les gouvernements (dans certains cas, les entreprises et les ONG) pour promouvoir le statut conomique des femmes en matire d'ducation, d'emploi, d'accs aux crdits, etc. Ces inputs sont regroups en trois aspects distincts : le niveau de prparation (ducation et formation au sens large) des femmes pour rejoindre le march du travail, l'accs accord en matire de politique d'emploi et de soutien la cration d'entreprises.

- Les outputs comprennent toutes les dimensions visibles de la participation des femmes dans l'conomie nationale. A long terme, ils refltent l'environnement conomique, social et politique qui est dtermin par les inputs. Les indicateurs pris en considration sont notamment le ratio salaire entre hommes et femmes, le nombre de femmes parmi les techniciens, les dirigeants d'entreprises seniors, les cadres, ...Ils sont regroups galement en trois principaux aspects : l'intgration sur le march du travail, un niveau gal de salaire pour un travail gal et les progrs accomplis au niveau de l'conomie nationale (par exemple le ratio femmes/hommes parmi les managers, employs, dirigeants d'entreprises).