Publié par Caroline Moréteau, le 03 juin 2014

Découverte en 2011 par la mission Kepler de la NASA, l'exoplanète Kepler-10c vient d'être surnommée la 'Godzilla des Terres' par les astronomes. Cette méga-planète surprend les experts en raison de sa masse et de sa composition inattendue.
Désormais connue sous le nom de ‘Godzilla’, l’exoplanète Kepler-10c est comme son surnom le laisse deviner, une planète particulièrement impressionnante. 17 fois plus lourde que la Terre, son diamètre est 2,3 fois supérieur à celui de notre planète, ont annoncé le 2 juin dernier des experts américains lors d’une rencontre de l’American Astronomical Society, à Boston. Mais c’est surtout la composition de Kepler-10c qui intrigue les astronomes : cette méga-planète est constituée de roche. Une configuration que les experts pensaient jusqu’ici impossible. C’est un télescope situé sur les îles Canaries qui a permis d’arriver à une telle conclusion, trois ans après le repérage de Kepler-10c par la NASA. Une méga-planète qui bouleverse les convictions "Nous avons été très surpris quand nous avons réalisé ce que nous avions découvert", a déclaré Xavier Dumusque, du centre d’Astrophysique Harvard-Smithsonian. Avant de déterminer la composition de Kepler-10c, les astronomes pensaient que lorsqu’une planète faite de roche et de fer atteint une masse 10 fois supérieure à celle de la Terre, sa puissante gravité commence à aspirer tous les gaz de son voisinage, à la manière de Neptune, Saturne, Jupiter ou Uranus. Toutes ces planètes ont un noyau rocheux plus gros que la Terre, mais leur masse importante est en fait due aux quantités d’hydrogène, d’hélium, d’eau et d’autres gaz qu’elles ont accumulées depuis leur naissance, rapporte Time. Pourtant, Kepler-10c n’est pas une planète gazeuse, mais bien rocheuse. Comment expliquer ce phénomène ? "Nous n’en avons vraiment aucune idée", avoue Dimitar Sasselov, astrophysicien à Harvard. Une planète de type terrestre favorable à la vie ? Les scientifiques ne savent pas non plus si ce ‘monstre rocheux’, situé à 560 années-lumières de notre Terre, pourrait abriter une forme de vie. "C’est le Godzilla des Terres ! Mais contrairement au monstre du film, Kepler-10c a des implications positives pour la vie", a affirmé Dimitar Sasselov. Selon lui, "qui dit planète rocheuse dit possibilité d’apparition de la vie", rapporte l’AFP. Pour autant, pour Jack Lissauer, du Ames Research Center, une division de la NASA, ‘Godzilla’ n’est "absolument pas une jumelle de la Terre". Elle est tout d’abord située trop près de son étoile parente, Kepler 10, ce qui empêcherait l’eau présente à se surface de rester à l’état liquide. Par ailleurs, alors que la masse terrestre n’est composée que de 1% de substances volatiles comme l’oxygène et l’eau, celle de Kepler-10c en contient plus de 10%. Formée plus tôt qu'on ne pensait Malgré tout, les scientifiques classent Kepler-10c dans la catégories des planètes de type terrestre. Son système, comprenant également Kepler-10b, une ‘planète de lave’, est âgé d’environ 11 milliards d’années et s’est donc formé moins de 3 milliards d’années après le Big Bang. "La découverte de Kepler-10c est la preuve que les planètes de type terrestre se sont formées très tôt dans l’histoire de l’univers", explique Dimitar Sasselov. La ‘Godzilla des Terres’ est une preuve qu’alors même que le silicium et le fer, des composants majeurs de la roche, étaient rares, l’Univers a été capable de créer des méga-planètes rocheuses. "Cinq ans plus tôt, je considérais qu’il ne fallait pas s’embêter à chercher des planètes solides autour d’étoiles si vieilles. J’ai changé d’avis", conclut le spécialiste.

En savoir plus: http://www.maxisciences.com/exoplan%..._art32755.html
Copyright © Gentside Découverte