Oui, non, peut-être, éventuellement, non.


OS

La situation des licences de Windows 10 n’est toujours pas claire, et ce n’est pas la dernière communication de Microsoft qui va régler la situation. Alors qu’un moyen apparait désormais pour pirater facilement le système, l’éditeur prévient que le compte Microsoft sera obligatoire pour recevoir les nouvelles builds.
Le compte Microsoft obligatoire pour recevoir les prochaines builds

Communiquer clairement n’a jamais été le fort de Microsoft, et la situation actuelle montre encore à quel point. Dans unbillet daté de vendredi soir, l’éditeur précise qu’un changement important interviendra avec la prochaine build de Windows 10 pour ceux qui sont inscrits au programme de test Windows Insider : le compte Microsoft (MSA) sera obligatoire pour recevoir les préversions suivantes. Il est ainsi expliqué que ce changement est dû à des travaux sur la manière dont les builds sont diffusées sur Windows Update, histoire de rendre l’ensemble plus efficace.
Cependant, Microsoft est obligé d’utiliser le gras dans le texte pour insister sur un point : le MSA en lui-même n’est pas obligatoire dans Windows 10. Lors de l’arrivée de la version finale, il ne sera pas demandé pour migrer vers Windows 10, pas plus que le compte utilisateur classique ne devra y être obligatoirement associé. Même chose pour les installations « propres » depuis un DVD ou une clé USB : le MSA n’est pas requis (même si l’utilisation en est fortement suggérée).
Mais le compte Microsoft est essentiel pour les inscrits du programme Insider s’ils veulent valider le fait qu’ils en font bien partie (puisqu'il est demandé à l'inscription). Quand la version finale sera diffusée, elle sera récupérée comme une nouvelle build classique puis s’installera en mise à jour via Windows Update. La connexion du MSA dans la prochaine build débloquera donc la RTM ainsi que les téléchargements des images ISO pour les réinstallations complètes.
Passage à la version finale pour les testeurs : la nage en eaux troubles

Bien que la firme précise que Windows 10 ne peut être gratuit que pour ceux qui ont déjà Windows 7 ou 8, rien n’empêche dans la pratique d’utiliser le nouveau système sans avoir aucune de ces deux versions. En effet, l’utilisateur inscrit au programme Insider utilise son MSA pour récupérer la dernière image ISO de Windows 10 (actuellement la build 10130), l’installe en formatant, lie son compte utilisateur à son MSA et n’a plus qu’à attendre. À aucun moment il n’est fait mention d’une quelconque vérification de la licence d’un Windows 7 ou 8, ce que Gabe Aul en personne a confirmé dans un tweet :











Gabriel Aul‏@GabeAul

@ZacB_@joebelfiore Yes, as long as running a prerelease build connected with registered MSA:http://blogs.windows.com/bloggingwindows/2015/06/19/upcoming-changes-to-windows-10-insider-preview-builds/ …



Mais si le texte sur le blog de Microsoft semble raisonnablement clair, il a en fait été modifié durant le week-end. La première version mentionnait clairement que les testeurs actuels recevraient une version finale qui serait activée et resterait ainsi. Désormais, seule l’arrivée de la version finale est indiquée, et un rappel a été ajouté sur la nécessité de disposer d’une licence Windows 7 ou 8. Difficile de savoir pourquoi un tel changement, et nous essayons actuellement d’en savoir plus, mais le fait est que la confirmation de Gabe Aul indique clairement que tous ceux qui souhaitent un Windows 10peuvent se lancer dans le programme Insider, se servir de leur MSA et laisser faire le temps.
Maintenant, doit-on considérer que cette possibilité de « pirater » Windows 10 pourrait être un vrai souci pour Microsoft ? En fait, pas vraiment. Dans la grande majorité des cas, les machines qui peuvent recevoir Windows 10 ont en fait déjà un Windows 7 ou 8 (si on considère que la licence est valide), et peuvent donc déjà recevoir le nouveau système gratuitement. Se pose la question éventuelle pour des machines plus anciennes, mais entre la puissance plus limitée et l’obligation de se lancer dans l’installation d’une préversion, il n’est pas certain que la manipulation intéresse un grand nombre de personnes. D’autant que l’inscription doit se faire maintenant.
Les prochaines préversions feront le ménage

En effet, Microsoft prévient que les prochaines builds afficheront un résultat plus proche de ce que doit être la RTM. Si on en croit l’actuelle build 10147 qui a fuité, de nombreux petits changements sont visibles dans les icones des applications universelles, les effets, différents éléments d’interface, sans parler de la réactivité générale améliorée et du passage de Spartan à Edge. Dès la prochaine préversion, les applications Insider Hub et Windows Feedback seront donc supprimées. Le Hub peut cependant être remis en place dans les Paramètres (Système, Apps & features, Gérer les fonctionnalités facultatives).
En outre, le programme Insider ne s’arrêtera pas à la version finale de Windows 10, qui ne sera pratiquement qu’une build parmi d’autres, à ceci près que les contrôles qualité seront beaucoup plus lourds. De fait, ceux qui sont inscrits au programme continueront de voir de nouvelles builds leur être proposées. Ces préversions remettront en place les applications dédiées aux testeurs et permettront d’essayer les améliorations prévues pour cet automne, notamment autour d’Edge. On sait par exemple pour ce dernier que le système d’extensions doit justement arriver dans quelques mois