Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : image.jpg 
Affichages : 5 
Taille : 89.0 Ko 
ID : 1163
RAMADAN 2015 - La date officielle de début du ramadan 2015 en France a été officialisée par le CFCM. Les observations n'ont pas permis de voir le croissant de lune. Le jeûne du ramadan commencera donc ce jeudi 18 juin à l'aube.


Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : image.jpg 
Affichages : 4 
Taille : 60.1 Ko 
ID : 1164
Le ramadan 2015 débutera jeudi matin, le 18 juin 2015, dans l'Hexagone
, soit à la même date en France qu'en Arabie Saoudite. La lune ne s'est pas montrée dans le ciel ce mardi 16 juin, lors de la "Nuit du doute" organisée par le Conseil français du culte musulman. Réuni à la Grande mosquée de Paris pour la cérémonie dès 18 heures, le CFCM a confirmé peu après 20 heures que le mois du jeûne débuterait jeudi et non pas mercredi, comme cela était encore envisageable. Cette décision recoupe les observations effectuées plus tôt dans la soirée au Moyen-Orient. Le croissant de lune n'avait pas été vu après le coucher de soleil au Pakistan, en Malaisie ou en Indonésie. Selon le site Emirates247, le Haut-Conseil judiciaire d'Arabie Saoudite avait à son tour déclaré vers 18 heures (heure française) que demain serait le 30e jour du mois de chaabane. Tous ces éléments repoussent donc le début du jeûne des musulmans au jeudi 18 juin. L'Aïd al-Fitr, fête marquant la fin du mois sacré, aura lieu en toute logique le vendredi 17 juillet.

Pour une fois, la détermination de la date du ramadan 2015 n'a pas versé dans la polémique, puisque la plupart des prévisions indiquaient que le mois sacré devait commencer ce jeudi. Les tenants de la méthode astronomique - notamment l'UOIF, Union des organisation islamiques de France - et ceux revendiquant l'obligation de scruter la lune lors de la "Nuit du doute" ont été mis d'accord par le ciel, en raison des positions respectives du soleil et de la lune. Lors de la cérémonie à la Grande mosquée de Paris, le futur président du CFCM, Anouar Kbibech, s'est félicité de la justesse des prévisions et de l'absence de contestation : "On ne peut que se réjouir de l'unité retrouvée des musulmans de France pour débuter ce mois de jeûne béni", a-t-il déclaré.
EN VIDEO - Le début du ramadan 2015 a lieu cette semaine pour 1,6 milliard de musulmans à travers le monde :


"Nuit du doute" expéditive, ramadan 2015 consensuel

Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : image.jpg 
Affichages : 5 
Taille : 19.6 Ko 
ID : 1165
Pour mieux symboliser cette symbiose retrouvée entre les différentes composantes de l'islam de France, le président de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), Amar Lasfar, était présent lors de cette annonce très scrutée par les musulmans. L'homme, qu'on dit proche des Frères musulmans, est l'un des grands défenseurs de la méthode astrologique, plus précise que l'observation et permettant aux fidèles de s'organiser en amont pour poser leurs congés ou organiser les festivités. L'UOIF exerce depuis plusieurs années déjà un lobbying puissant pour que sa méthode de fixation des dates du ramadan soit adoptée par tous.Force est de constater, avec cette "Nuit du doute" expéditive, que le CFCM a, comme en 2013, cédé, en tout cas en partie, aux tenants du calcul.
Hier déjà, l'actuel président du CFCM, Dalil Boubakeur, ne laissait pas vraiment de place à l'incertitude. Dans une interview donnée sur les ondes d'Europe 1, il prévoyait : "le ramadan devrait démarrer jeudi". Cette phrase n'était cependant pas une déclaration officielle : la date définitive du début du ramadan en France devait être actée ce soir, lors d'une réunion Conseil français du culte musulman. L'autorité religieuse avait en effet maintenu la nuit du doute au 29e jour du mois de chaabane, comme il est de tradition.
Ramadan : la date de la discorde

Depuis plusieurs années, le débat sur la méthode à adopter pour fixer le début du mois du jeûne est assez vif au sein des institutions représentant l'islam en France. En 2013, le CFCM avait accepté, sous l'influence de l'UOIF, d'adopter le calcul astronomique pour mettre à la disposition des musulmans de France un calendrier bien en avance et les aider à préparer les festivités. Mais il avait fait marche arrière après une levée de bouclier qui avait ébranlé l'instance représentative et, depuis, continue de prêcher la méthode ancestrale, qui consiste à regarder le ciel à la tombée de la nuit.
Ces bisbilles, qui furent encore visibles en 2014 (certaines mosquées décidant de débuter le ramadan à une date différente de la date officielle), démontrent la difficulté à organiser l'islam en France depuis des années alors que Manuel Valls a inauguré une toute nouvelle instance de dialogue ce lundi 15 juin, en vue, justement, de réformer le dialogue entre l'Etat et les musulmans. Le CFCM, censé être représentatif et référent dans ce dialogue depuis une réforme initiée par Nicolas Sarkozy quand il était ministre de l'Intérieur, en 2003, n'a jamais réellement fédéré toutes les sensibilités d'une religion qui ne dispose pas, à la différence de l'église catholique, d'un clergé avec une hiérarchie clairement établie. Les dates du ramadan, qui chaque année provoquent des hésitations chez les millions de musulmans de France n'en est que le témoignage le plus visible.
La date du ramadan dictée par les astres

Pourquoi une telle unanimité des théologiens ? La réponse est à chercher dans les astres. En effet, ce soir, selon les calculs astronomiques, la lune se couche à l'ouest, vue de Paris, à 21h33, c'est à dire une vingtaine de minutes avant que le soleil ne disparaisse à l'horizon ouest. De plus, la nouvelle lune ayant lieu dans l'après-midi, le croissant demeure invisible, quelques heures à peine après la conjonction. Il en a été ainsi Moyen-Orient, où la nouvelle lune correspond à l'horaire de la tombée de la nuit : l'astre ne s'est pas montré au-dessus de l'Arabie Saoudite, qui sert de phare à de nombreux musulmans sur les questions de doctrine et de rite.
Pour les fidèles, connaître les dates du ramadan est un enjeu essentiel. En effet, en France, la célébration religieuse coïncide avec plusieurs évènements importants du calendrier civil. Ainsi, si le ramadan prend effectivement effet le jeudi 18 juin, il survient le lendemain du coup d'envoi des épreuves du bac 2015, un examen qui concerne pendant une semaine plus de 700 000 lycéens. Une épreuve supplémentaire compliquée par la coïncidence entre le solstice d'été et le jeûne sacré. Par ailleurs, la publication de la date permet aux musulmans pratiquants de préparer à l'avance les repas nocturnes et de connaître les horaires du jeûne.
Article le plus lu : Le séisme au Népal a déplacé l'Everest : voir les actualités