Le semencier suisse Syngenta travaille actuellement sur une nouvelle variété de tomate imputrescible. «Cette tomate se comporte comme une datte, elle perd son eau, sa teneur en sucre augmente. Elle confit sans pourrir» explique à 20 Minutes, Sylvain Bontems, l’un des chercheurs du groupe bâlois.

Cette nouvelle variété, née dans le centre de recherche du groupe situé à Sarrians, dans le sud-est de la France, n’est que l’une des nombreuses innovations de Syngenta qui consacre chaque année 1,25 milliard de dollars, soit entre 8 et 12% de son chiffre d'affaires, à la recherche.

Syngenta, qui a lancé en mai dernier son premier centre de recherche & développement en Afrique prévoit d’installer un autre centre de recherche, spécialisé dans le traitement des semences, au Kenya en 2016.

Mais les ambitions africaines du Suisse ne se limitent pas là puisqu’Abraham Vermeulen, le directeur général des activités sucre, maïs et cultures diverses de Syngenta en Afrique avait déclaré : «Nous allons étendre nos opérations à l’Afrique de l’Ouest en nous implantant vraisemblablement au Nigeria».

Leader mondial de l’agrochimie, le groupe bâlois est le troisième semencier mondial derrière Monsanto Co et DuPont. (Agence Ecofin)