La Belgique prendra en compte à partir de septembre les chiffres du trafic de drogues et de la prostitution dans le calcul de ses indicateurs économiques. On ignore actuellement quel impact cela aura sur le produit intérieur brut (PIB), écrivent De Morgen et Het Laatste Nieuws mardi.

Les données sur la portée exacte de ce changement interviendront en septembre, indique Hans De Dyn de la Banque nationale. "La méthodologie pour les estimations est développée, mais des explications supplémentaires viendront plus tard."

Le Royaume-Uni a vu son économie croître de 12 milliards d'euros avec l'introduction des chiffres de la drogue et de la prostitution la semaine passée. L'Italie avait également procédé de la même manière un peu plus tôt.

7sur7