Comment passe-t-on d’un état de conscience à celui d’inconscience ? Y a-t-il un "interrupteur" qui fait qu’on perd conscience, lorsqu'on s'endort ou que l'on s'évanouit par exemple ? Peut-on situer précisément le siège de la conscience (si tant est qu'il existe) ? Autant de questions qui pourraient bien trouver une réponse dans l'expérience menée par des chercheurs français (Inserm) et américains (université George Washington, Washington, USA).

Ces derniers auraient découvert le "bouton" on/off de la conscience en stimulant certaines zones du cerveau par le biais d’électrodes. C'est en essayant de traiter par stimulation cérébrale une patiente atteinte d'épilepsie que cette découverte a eu lieu. Leurs résultats sont publiés dans la revue Epilepsy & Behavior.

En effet, ils se sont aperçus qu'en stimulant électriquement une zone de son cerveau, le claustrum - une zone jamais stimulée jusqu'à présent -, la patiente perdait conscience. Pas d'un coup, mais progressivement. Peu à peu, elle parlait et se déplaçait de plus en plus lentement jusqu'à ce qu'elle ne réponde plus à aucun stimuli externe et soit littéralement endormie.

En stoppant la stimulation, les chercheurs ont constaté que la patiente reprenait conscience et qu'elle ne conservait aucun souvenir de l'épisode précédent, comme si elle s'était simplement endormie.

Des signes qui laissent penser aux chercheurs qu'ils ont découvert le siège de la conscience dans le claustrum. Cette fine couche de matière grise - dont la fonction reste énigmatique - présente une anatomie remarquable en ce qu’elle est en relation étroite avec presque toutes les régions du cortex.

Le chef d'orchestre
du cerveau


Or, selon de nombreuses théories, la conscience consisterait en l'intégration de l'activité des différentes parties du cerveau, qui rassemblerait toutes nos perceptions pour n'en faire qu'une seule et unique expérience. La conscience serait donc une sorte de chef d’orchestre du cerveau capable de centraliser les données reçues par celui-ci. Un rôle qui pourrait donc être rempli par le claustrum.

Une étude parue en 2005 soupçonnait déjà le claustrum d’être ce chef d’orchestre. Cette présomption pourrait bien avoir été confirmée par les chercheurs de l'université George Washington.

Christoph Koch, l'un des auteurs de cette étude s'enthousiasme de la découverte de ses confrères :"Au final, en sachant comment la conscience est créée et quelles parties du cerveau sont impliquées, nous pourrions déterminer quels êtres sont doués de conscience et lesquels ne le sont pas. Les robots l'ont-ils ? Les foetus ? Les chats, les chiens et les vers de terre ?"

Si cette découverte demande à être confirmée sur d’autres personnes, elle présente un potentiel important pour une meilleure compréhension du fonctionnement du cerveau.




Nouvelobs