Steam vient de mettre à jour les conditions de remboursement des jeux sur sa plateforme, simplifiant la tâche pour les joueurs. Les développeurs, eux, ne voient pas la démarche d'un très bon œil.

S'il était déjà possible de se faire rembourser un jeu Steam sous certaines conditions, la célèbre plateforme de jeux dématérialisés vient de considérablement simplifier la démarche. Il est désormais possible de se faire rembourser un achat dans les 14 jours suivant le paiement, à la condition que le jeu en question n'ait pas été utilisé pendant plus de 2 heures. La demande de remboursement doit s'effectuer par le biais de l'assistance Steam.

Si les contenus téléchargeables de type DLC sont également en partie concernés, ce n'est pas le cas de ceux qui apportent des « bonus » dans l'évolution du joueur — l'exemple donné est celui d'un DLC qui « augmente le niveau d'un personnage »). Steam s'engage à indiquer concrètement sur la page du contenu qu'il n'est pas remboursable après achat, pour éviter toute confusion. Les achats directement au sein des jeux Valve, comme Team Fortress 2, peuvent quant à eux être remboursés dans les 48 heures, à condition de ne pas avoir été utilisés. Enfin, un titre précommandé, et donc payé à l'avance, peut être remboursé à tout moment avant sa sortie.

Parmi les limitations clairement annoncées, on trouve l'impossibilité de se faire rembourser un film acheté sur le service, un cadeau activé par le destinataire, ou encore un jeu dont l'utilisation aurait été bloquée par le système anti-triche de Valve.

Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : 01F4000007918851-photo-steam.jpg 
Affichages : 1 
Taille : 16.7 Ko 
ID : 1094

Un problème pour les jeux courts

Cette nouveauté au sein de Steam n'a pas tardé à faire réagir certains développeurs, en particulier les indépendants. Le problème souvent pointé du doigt : certains titres ont une durée de vie très courte, de moins de 2 heures parfois. Rien n'empêcherait donc d'acquérir un jeu, de le terminer rapidement et de le revendre ensuite.

Cameron Kunzelman, le développeur du point & click Epanalepsis, a été l'un des premiers à faire ce constat. « Le remboursement Steam va vous nuire si vous faites des jeux de moins de deux heures » déclare-t-il sur Twitter. Interrogé par Kotaku, il estime que la décision de la plateforme est trop focalisée sur les jeux AAA, « pour lesquels on a tendance à croire que la quantité de contenu est la seule manière de mesurer l'intérêt d'un jeu », et ne tient pas compte de la pléthore de jeux indépendants proposés sur Steam.



Un avis partagé par Nina Freeman, conceptrice de nombreux jeux courts : « Ce que je trouve le plus insultant, c'est le manque de respect que semble avoir Steam pour les petits jeux. Je suis sûre qu'il y a des avantages, mais la manière dont Steam se focalise sur le temps de jeu renforce l'idée que les jeux devraient être d'une certaine longueur, ce qui est un point de vue malsain » estime-t-elle.

Face à cette problématique, Steam choisira peut-être d'affiner sa copie. En attendant, les joueurs ont désormais un peu plus de pouvoir sur la plateforme : certains développeurs s'inquiètent de la dérive potentielle d'une telle situation, au-delà du remboursement pur et simple. Combiné au système de critique - qui demande que le joueur ait utilisé le jeu plus de 5 minutes pour écrire une review - la possibilité de se faire rembourser un titre pourrait s'avérer dévastateur : « Je suis préoccupé par la politique de remboursement de Steam, car ça pourrait permettre aux gens de mener des campagnes de dénigrement sur certains jeux en les achetant, en postant une mauvaise critique, puis en demandant le remboursement » indique sur Twitter Craig Stern, le fondateur de Sinister Design.