Nettement dominé au premier tour de l'élection à la présidence de la FIFA (133 voix à 73), le prince Ali s'est retiré, libérant la voie à un cinquième mandat consécutif de Sepp Blatter. Le scandale dans lequel l'instance dirigeante du football mondial depuis deux jours n'a pas suffi à faire tomber celui qui la dirige depuis 1998.

Ni le scandale, ni Michel Platini n’auront réussi à faire pencher la balance. Sepp Blatter débute un cinquième mandat à la tête de la FIFA. Le Suisse, en concurrence avec le Prince Ali, a été réélu vendredi par les 209 représentants des fédérations nationales lors du 65e congrès de l’institution à Zurich. Le Prince Ali s’est retiré de lui-même après le premier tour, nettement dominé par son concurrent. Avec 133 voix contre 73 au premier tour, Sepp Blatter a raté de peu un plébiscite dès le premier tour. Lors du deuxième vote auxquels les délégués s'apprêtaient à participer, il ne lui fallait que 50% des suffrages exprimés. A la tête de l’organisation mondiale qui dirige le football depuis le 8 juin 1998, le dirigeant est élu pour les quatre prochaines années. Il va maintenant devoir s’atteler à gérer l’énorme affaire de corruption qui secoue la FIFA.