Les gouvernements ont moins dépensé pour les programmes spatiaux en 2014. C’est ce qui ressort d’une étude publiée par le cabinet Euroconsult qui fait état de 66,5 milliards de dollars investis au cours de l’année dernière, soit un diminution de 4% par rapport à l’année antérieure, notamment au cause d’un ralentissement de l’investissement militaire américain et l’impact d’un taux de change adverse pour le secteur spatial russe – les deux pays réunis représentent 65% du total des dépenses spatiales au niveau mondial.L’étude rapporte néanmoins que les gouvernements des pays les plus touchés par le ralentissement économique ne vont pas freiner les divers programmes déjà prévus, citant l’exemple d’Ariane 6 en Europe ou de la Constellation Radarsat au Canada.Autre preuve que ce secteur a de beaux jours devant lui : 21 nations « spatiales » émergentes ont prévu d’investir dans des projets industriels au cours de la prochaine décennie.