Microsoft a tenté d’éclaircir ses plans quant aux versions piratées de Windows 10. La firme indique qu’il faudra bel et bien payer pour obtenir une copie légale de l’OS si l’on utilise un Windows 7 ou 8 piraté.














Petit rétropédalage chez Microsoft. Après avoir indiqué il y a quelques semaines à la conférence WinHEC de Shenzhen que mêmes les versions piratées de Windows 7 et 8 pourraient passer sous Windows 10, la firme précise une chose d’importance : si vous aviez une copie piratée de Windows -sans licence valide- votre copie de Windows 10 n’aura, elle non plus, pas de licence valide.
Cela semble évident, mais ça va mieux en le disant ! Pour autant, Microsoft ne semble pas vouloir limiter les fonctionnalités de l’OS aux pirates, puisqu’elle semblerait se contenter de l’affichage d’une notification indiquant que la copie de Windows tournant sur la machine n’est pas valide. « Quand nous ne pourrons pas vérifier que Windows est proprement installé, bénéficie d’une licence et n’a pas été modifié, nous créerons un watermark sur le bureau pour prévenir l’utilisateur. »
Redmond n’indique en revanche pas que la version installée sera privée de Store ou de mises à jour. Elle se contente d’un petit rappel qui fait froid dans le dos : « Les copies non-originales de Windows vous exposent fortement aux malwares, aux fraudeurs, à l’exposition publique de vos informations personnelles, leurs performances peuvent être amoindries et elles peuvent mal fonctionner. »
Et l’entreprise de rappeler que les copies illicites ne bénéficieront pas du support de Microsoft. Celle-ci proposera toutefois aux pirates des offres « très intéressantes » pour passer du bon côté de la barrière, sans doute par le biais de l’achat d’une licence valide via le Windows Store.
Source : Microsoft