Les tls franaises partent en guerre contre Facebook et Twitter_13.05.2015 TF1, M6, Canal+, France Tlvisions ainsi que l'association de lutte contre la piraterie audiovisuelle ont envoy un courrier aux dirigeants de Facebook et Twitter pour dnoncer la mise en ligne de leurs contenus vidos sans autorisation. Le tir de sommation devrait faire du bruit. Le 6 mai dernier, les grands diffuseurs franais ainsi que l'association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA), prside par Nicolas Seydoux, le prsident de Gaumont, ont envoy Mark Zuckerberg, patron de Facebook, ainsi qu' Dick Costolo, PDG de Twitter, un courrier de sensibilisation la lutte contre le piratage. Dans le courrier adress Facebook, les diffuseurs et l'ALPA indique avoir constat que leurs contenus vidos ont t mis en ligne sur Facebook sans notre autorisation et visionns parfois plusieurs millions de fois. Comme ils l'ont fait avec YouTube et Dailymotion auparavant, ils appellent cette fois Facebook et Twitter faire preuve de davantage de vigilance. Dans ce contexte gnral de mise en uvre par les principaux acteurs d'Internet de moyens visant rduire le piratage, il nous parat en consquence impratif que votre socit mette en place une vritable politique de sanctions appliques ses membres lorsqu'ils font l'objet de revendications de droits de proprit intellectuelle, insistent TF1, M6, Canal+, France Tlvisions et l'ALPA. Ils demandent par ailleurs que Facebook et Twitter mettent en uvre des technologies de filtrage automatique (vido et audio) par reconnaissance d'empreintes numriques pralablement dposes par les dtenteurs de droits, permettant de bloquer la mise en ligne de vidos contrefaisantes. Et de poursuivre, non sans humour: ce sujet, si vous ne disposez pas encore de tels outils, vous pouvez d'ores et dj recourir celui dvelopp par l'Institut National de l'Audiovisuel (INA), comme a choisi de le faire la plateforme Dailymotion. Des mesures d'autant plus indispensables que des sites comme Twitter et Facebook acquirent une audience mondiale majeure avec les vidos qui peuvent y tre partages. Si ces deux lettres restent polies dans la forme, le ton n'en reste pas moins ferme. Car si rien n'tait fait, les diffuseurs ainsi que l'ALPA n'excluent pas dans un second temps d'aller plus loin, brandissant la menace d'ventuels procs: Faute de mesures permettant de limiter le piratage, les sites et rseaux sociaux risquent de voir leur responsabilit engage et que les tribunaux franais prononcent des condamnations consquentes l'encontre des sites portant atteinte aux droits d'auteur et droits voisins. L'avertissement est on ne peut plus clair... source