large victoire du psg sur Guingamp 6-0 le PSG proche du titre09.05.2015
Le PSG a livré un récital offensif au Parc des Princes face à Guingamp (6-0), ce vendredi. Cavani a inscrit un triplé et Ibrahimovic un doublé. Les Parisiens prennent 6 points d'avance sur leur dauphin lyonnais et ont soigné leur différence de but.




Le match : 6-0

Jocelyn Gourvennec dressera probablement le même constat que Michel Der Zakarian, battu (0-2) à la Beaujoire dimanche dernier : lorsqu’il évolue à ce niveau-là, le PSG semble imbattable en L1. Après Lille (6-1), Metz (3-1) et le FC Nantes (2-0), l’En Avant Guingamp a été la victime de la nouvelle démonstration de force des joueurs de Laurent Blanc (6-0), vendredi soir, au Parc des Princes. A deux journées de la fin, voilà le club de la capitale plus que jamais lancé vers son troisième titre de champion d’affilée. Un triplé de Cavani (2e, 52e, 70e), un doublé d’Ibrahimovic (18e, 90e) et une réalisation de Maxwell (56e) lui ont offert provisoirement six points d’avance sur Lyon, qui se déplacera à Caen samedi (17h00).

Un but dès la 2e minute, un autre à la 18e : le PSG a construit son septième succès d’affilée en L1 sur le même schéma que ses devanciers. Comprendre : en éteignant très vite les illusions de son adversaire. A l’exception d’un coup franc de quarante mètres de Beauvue détourné par Sirigu (13e), Guingamp n’a strictement rien proposé, sinon des failles béantes dans lesquelles Verratti et consorts se sont engouffrés. Rigoureux derrière, juste techniquement, mais surtout efficace devant, le PSG aurait même pu s’imposer sur un score plus large encore si Lössl n’avait pas détourné une tentative de Pastore sur son poteau (27e) ou si M. Moreira avait sanctionné Sorbon d’un penalty qui s’imposait pour une faute sur Ibra (67e). Plus que jamais leaders de la L1, les Parisiens vont désormais pouvoir suivre tranquillement la prestation de Lyon depuis leur canapé.
Le joueur : Zlatan Ibrahimovic s'occupe de tout

Il ne s’est pas montré aussi efficace qu’Edinson Cavani, auteur de son premier triplé de la saison. Mais avec un doublé et deux passes décisives, Zlatan Ibrahimovic a pesé de tout son poids sur l’issue de la rencontre. Alors que l’on aurait pu croire le Suédois obnubilé par le record de Pauleta dont il s’est encore rapproché (106 buts désormais contre 109 au Portugais), il s’est au contraire montré altruiste et toujours aussi inspiré : sa louche pour Maxwell (56e) sur le quatrième but parisien, notamment, a été une merveille. Souvent juste à l’image d’une passe parfaite dans la course de Cavani (52e), accrocheur en atteste son duel avec Beauvue, touché à l’arcade à la 23e minute, Ibra a scellé le festival parisien à la 90e minute sur un penalty qu’il avait lui-même obtenu (90e). Un penalty dont il avait été privé un peu plus tôt pour une faute de Sorbon, déjà.

Le fait du match : Le PSG soigne sa différence de buts

Et dire que le PSG affichait un déficit de sept buts sur Lyon après leur succès à Marseille (2-3) au soir de la 31e journée… Un mois et six succès plus tard, les joueurs de Laurent Blanc ont effacé ce qui aurait pu constituer un handicap en cas d’égalité avec l’OL. Alors qu’ils accusaient encore deux buts de retard avant la visite de Guingamp au Parc des Princes, ils en comptent désormais quatre d’avance. Ils tournent à une moyenne de 4.25 buts par match depuis quatre journées.