Le cofondateur et patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a ouvert son projet Internet.org aux développeurs tiers. Ils pourront créer des services en ligne gratuits qui profiteront aux populations encore privées d’accès Internet.
Les connexions Facebook couvrent déjà un large territoire. Avec son projet Internet.org, Mark Zuckerberg ambitionne d’offrir un accès Internet gratuit aux deux tiers de la population mondiale qui n’y ont toujours pas accès. De quoi multiplier le nombre d'usagers.
Marc Zuckerberg a lancé un appel aux développeurs afin d'enrichir son projet Internet.org, avec lequel le PDG de Facebook ambitionne d'étendre l'accès à Internet aux zones les plus reculées du monde. Il s'agit de pouvoir offrir gratuitement toute une série de services à des populations qui n'ont pas aujourd'hui la possibilité de se connecter.Initié en 2013, Internet.org est un partenariat mondial entre des entreprises leaders dans le domaine de la technologie (Ericsson, Mediatek, Opera, Samsung, Nokia et Qualcomm), des organismes à but non lucratif, des communautés locales et des experts qui collaborent ensemble afin d'offrir un accès Internet aux deux tiers de la population mondiale qui ne peuvent toujours pas s'y connecter.
Sur la page du projet Internet.org, le site indique : « Plus nous nous connectons, mieux ce sera » (The more we connect, the better it gets, en anglais). © Internet.org

Mark Zuckerberg dit vouloir défendre la neutralité du net

Pour le moment, ce projet prend la forme d'une application pour mobiles d'entrée de gamme, sans publicité, offrant un accès entièrement gratuit à des services de base (messagerie, éducation, santé…) grâce à des partenariats locaux. Elle est actuellement disponible dans une dizaine de pays en Afrique et en Asie.Cette plateforme est vouée à se développer, d'où l'appel de Mark Zuckerberg. Ce dernier assure défendre la « neutralité du net ». Ce principe est censé garantir l'égalité de traitement de tous les flux de données sur Internet en excluant toute discrimination. Chaque projet déposé devra ensuite être validé car l'application se veut relativement basique et légère (fonctionnant sans Flash ou JavaScript par exemple). À noter que, de la même façon que Google souhaite connecter le monde entier à l'aide de ballons dans le ciel avec son projet Loon, Facebook réfléchit via Internet.org à un système de drones fonctionnant à l'énergie solaire pour satisfaire tout le monde.