L'éditeur Mozilla monte à son tour au créneau et dénonce la loi renseignement voulue par le premier ministre français et y voit une menace pour Internet.

Mozilla dénonce la loi telle qu’elle est actuellement présentée

L’éditeur de Firefox dénonce le fond et la forme de la loi. Le forme tout d’abord et la quasi absence de consultation des différents acteurs d’Internet. Dans une déclaration, Isabelle Falque-Pierrotin ajoute : « les modalités exactes de ce projet de loi semblent changer fréquemment« . Pire encore, les « discussions menées secrètement, à huis clos, aboutissent rarement à une législation forte ».
Le fond aussi car la fondation Mozilla s’inquiète tout particulièrement de la mise en place de boîtes noires chez les hébergeurs. Pour l’éditeur, « cette disposition oblige les entreprises à permettre une surveillance gouvernementale de l’activité en ligne de tous leurs utilisateurs, à la recherche d’un ensemble obscur de motifs comportementaux suspects« .
Grand adepte de la liberté et de l’open source, l’éditeur de Firefox ne peut que s’opposer à toute forme de surveillance généralisée et du non respect de la vie privée. Il pointe aussi du doigt le projet de loi « tel qu’il est aujourd’hui présenté, fixe énormément de garanties sur les modes de collecte de données […] mais qui en revanche est absolument silencieux sur ce que devient la donnée une fois qu’elle est entrée dans le dispositif […] La loi ne dit rien sur ce qui se passe dans le fonctionnement des fichiers« .
De grands acteurs d’Internet montent une fronde contre la loi

Mozilla n’est pas le premier à faire part de son mécontentement. Plus de 700 acteurs d’Internet, dont OVH le plus connu des hébergeurs français, ont ainsi dénoncé le projet de loi créant une véritable fronde contre celui-ci. A noter par ailleurs que la CNIL mais aussi, la commission nationale consultative des droits de l’homme et le conseil national du numérique ont aussi fait part de leurs critiques.
Source : ZDNet