Au premier abord, le Seaboard a tout d’un clavier traditionnel. Seulement, en y regardant de plus près, on se rend compte qu’avec sa surface de contact en silicone, cet instrument n’est pas vraiment comme les autres, la preuve en vidéo



Sur un piano classique, chaque touche a une hauteur déterminée. Le Seaboard, quant à lui, n’est pas limité par des notes, ni même par des touches. Sous son clavier en silicone, l’appareil embarque toute une série de capteurs de pression qui permettent une expression sonore qu’un clavier traditionnel n'autoriserait pas.En utilisant la surface tactile du clavier, l'utilisateur peut, bien évidement, générer des notes mais aussi changer le timbre. La hauteur du son, tout comme le vibrato, peut être contrôlée par la pression ou le déplacement des doigts sur le clavier d’une façon bien plus organique qu’un Aftertouch classique. L'interface dispose aussi d’un contrôleur à ruban permettant d’effectuer des glissandos proches de ceux que l’on pourrait trouver sur des instruments comme les Ondes Martenot ou la guitare.En plus d’être un contrôleur MIDI, qui permet de relier deux instruments électroniques entre eux, le Seaboard intègre un moteur de synthèse sonore numérique spécialement développé par Roli, l’entreprise à l’origine du projet. Ces dernières années, le monde des contrôleurs musicaux est en pleine révolution, comme l’illustre le Seaboard, ou d’autres projets un peu fous comme leBI1brainterface qui permet de contrôler un synthétiseur modulaire par un casque qui analyse lesondes cérébrales.