La Norvège est la premier pays qui va mettre fin à la bande FM qui avait révolutionné la radio au début des années 80. La mort des radios émettant en FM est programmée pour 2017. C'est la radio numérique terrestre qui prendra le relais.

La radio numérique terrestre qui émet en numérique par satellite présente bien des avantages. Une qualité de réception optimale, un coût de transmission huit fois moins élevé et une couverture bien supérieure à la bande FM.
Une mort programmée pour le 11 janvier 2017

La Norvège avait fait le pari de la radio numérique terrestre en 1995. C’est un des pionniers de cette technologie. 22 chaînes nationales émettent en numérique et seulement 5 sur la bande FM. Le calcul a donc été facile pour justifier la mort de la bande FM dans ce pays. A partir du 11 janvier 2017, les radios FM cesseront d’émettre. Le système norvégien de radio numérique terrestre pourrait accueillir 20 nouvelles stations en plus des 22 actuellement en service.
C’est ThorhildWidvey, la ministre norvégienne de la culture qui l’a annoncé.Elle justifie cet abandon pour le confort des auditeurs qui pourront « profiter d’un meilleur son » et « auront accès à des programmes plus divers et pluralistes« .A noter que plus de 99,5 % de la population norvégienne est couverte par la radio numérique terrestre et plus de la moitié des habitants utilisent quotidiennement cette technologie pour écouter la radio.
En France, la radio numérique terrestre ne convainc pas

Malgré des avantages indéniables, la radio numérique terrestre ne parvient pas à trouver son public en France. Lancée dans certaines villes comme Paris, Marseille ou Nice, la technologie numérique n’arrive pas à trouver son public en France et serait même boudée par Radio France et les grands groupes de radio privés. Ils voient dans cette technologie un investissement inutile et préfèrent se focaliser sur la diffusion par Internet.
Pourtant, selon Philippe Gault, le président du syndicat des radios et télévisions indépendantes, la radio numérique terrestre serait « un tournant aussi important que l’ouverture de la bande FM en 1981« . A la différence des grands groupes de radio, la technologie numérique présente un futurprometteur aux radios libres.
Source : L'express