Recentrer le dbat autour de lislam pratiqu en Algrie, dpolitiser la religion et bien former les imams : le nouveau ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Assa, a de lambition. Invit mardi soir au forum du journal Libert, celui qui se prsente comme le ministre de tous les cultes et pas seulement de lislam veut crer une instance algrienne qui soccupe des avis religieux afin de contrecarrer linvasion sectaire qui vient de ltranger. Pour cela, un conseil scientifique, charg de recentrer la pratique religieuse sur le rfrent algrien est en cours.


Nous avons fait un premier pas Ghardaa. Nous sommes en train dinviter les chanes de tlvision prives pour nous suivre et donner aux Algriens des avis qui correspondent lislam pratiqu en Algrie, a prcis le ministre.
Mohamed Assa est, en revanche, contre lide dinstituer un mufti de la Rpublique. Le concept du mufti de la Rpublique nest pas propre la pratique religieuse maghrbine et algrienne, cest pour cela que nous optons actuellement pour une institution de concertation dans laquelle sigeront des savants de lislam, a-t-il dit. Il veut un conseil scientifique qui regroupera, outre les hommes de religion, des mdecins et des sociologues, qui auront pour mission de dcrter des avis religieux, a-t-il prcis, notant que le mufti, dont le projet na pas abouti, est envisag comme chef de cette institution.

Un danger : Lidologie

La cration de cette institution vise mettre fin lanarchie constate dans lmission des fatwas et, surtout, contrecarrer linvasion sectaire qui nous vient dailleurs. Il faut immuniser la socit contre toutes ces drives qui ciblent tous les pays musulmans, a-t-il prvenu, ajoutant quil sagit dune invasion manant de pays occidentaux dont le but est de discrditer le discours religieux modr. Limplication de lidologie dans la religion est extrmement dangereuse, estime le ministre. M. Assa donne lexemple de ces imams qui ont refus daccomplir la prire de labsent la mmoire des militaires morts dans le crash de lavion militaire Oum El Bouaghi. 230 imams ont t sanctionns. Ils considrent, au nom dune idologie importe et qui sert des intrts occultes, que ces militaires sont des impies ! rapporte Mohamed Assa.

Pour mettre fin aux drapages extrmistes, le ministre des Affaires religieuses compte sintresser de prs la formation des imams et des enseignants dans les sciences islamiques. Nous avons trouv un accord avec le ministre de lEnseignement suprieur pour la cration dune licence dimamat lEcole normale suprieure, a prcis le ministre. Lautre moyen qui sera utilis pour contrecarrer les fatwas satellitaires est la mosque. Tandis que la Grande mosque dAlger sera une mosque ple dexcellence, des rpliques seront construites dans toutes les wilayas du pays pour servir de rfrence. Mais le ministre avertit : Nous sommes en Rpublique. Les mosques ne seront utilises que pour la pratique religieuse.

Rouverture des synagogues : Oui, mais

Puisquil nest pas uniquement ministre du culte musulman, Mohamed Assa veut casser des tabous concernant les autres religions, notamment le judasme. Il a rvl dans ce sens lexistence dune communaut juive algrienne qui active dans nos quartiers. Il y a une communaut juive dans notre pays. Elle a le droit dexister. Son reprsentant, qui est un patriote, est en contact permanent avec le ministre. Mais, pour des raisons de scurit, nous ne pouvons envisager la rouverture, dans limmdiat, des synagogues fermes, a affirm le ministre.

Il rappellera que lAlgrie a mme contribu la restauration ddifices religieux, notamment chrtiens. Nous avons particip la restauration de lglise de Notre-Dame dAfrique et celle de Saint Augustin Annaba. Nous navons aucun complexe l-dessus. Mieux, nous navons pas lintention dinterfrer dans la pratique religieuse des autres, a rappel le jeune ministre. Interrog sur les actions publiques menes par les non-jeneurs durant le mois de Ramadhan, le ministre renvoie la Constitution.

Dans le principe, la libert de conscience est garantie par la Constitution. Le jene est une pratique strictement prive. Donc, jappelle la sagesse de tous, a-t-il indiqu.Certains veulent ghettoser cette question une rgion. Pourtant, dans la vrit, la wilaya de Tizi Ouzou compte le plus grand nombre de mosques, de zaouias et dcoles coraniques lchelle nationale ! a assur le ministre.


Ali Boukhlef

El Watan