Les choses commencent à s'activer du côté de YouTube et de son fameux abonnement payant. La filiale de Google a fait parvenir aux créateurs de contenu un courrier pour leur annoncer l'arrivée prochaine du service.
C'est désormais très clair : si vous le souhaitez, vous pourrez bientôt payer pour YouTube, afin de ne plus avoir de publicité sur la plateforme. La filiale de Google a fait parvenir hier aux créateurs de contenu populaire un courrier - publié par Bloomberg - les informant de l'arrivée prochaine de ce nouveau modèle économique, et donc du changement des termes du contrat les liant à YouTube.
The Verge, citant des sources proches précise que l'abonnement permettra également de stocker des vidéos sur les appareils mobiles. Le prix de l'abonnement devrait tourner autour de 10 dollars, des formules moins onéreuses offriraient également des accès plus limités à certains contenus, comme de la musique seulement (c'est YouTube Music Key) ou des programmes pour enfants.
Une aubaine pour (certains) créateurs

Certains utilisateurs seront très heureux de pouvoir se dispenser des publicités, les créateurs devraient également trouver un bon moyen de dégager plus de revenus. Cela sera surtout vrai pour ceux qui en créent beaucoup. The Verge précise que YouTube devrait garder 45% des revenus générés par les abonnements.
Les 55% restant iront dans la poche du créateur avec quelques nuances. Cette part reviendrait aux créateurs dans leur ensemble, redistribuée au prorata du temps passée sur la chaîne par l'abonné. En résumé, le système devrait principalement avantager les professionnels de YouTube et non ceux qui ont par miracle publié une unique vidéo virale.
Ce n'est pas forcément plus mal dans la mesure où cela récompense le travail régulier et de qualité. Les chaînes de taille moyenne ne devraient toutefois pas spécialement bénéficier du nouveau modèle, ce qui est un peu plus gênant. C'est la théorie, faudra attendre d'en savoir plus sur les modalités exactes de la chose avant de se prononcer définitivement.
Le New-York Times a été l'un des premiers quotidiens à mettre en place un PayWallNotons enfin que les créateurs auront la possibilité de réserver certaines vidéos aux abonnés payants, à la manière de nombreux site d'actualité. C'est ce que l'on appelle un PayWall dans le jargon.
Au grand dam des services "d'abonnement" tiers

Avec cela, YouTube risque en revanche de faire de nombreux malheureux : les services de "soutien" des créateurs sur YouTube. C'est par exemple le cas de Tipeee ou de Patreon, qui permettent de donner un peu d'argent aux créateurs qui méritent, selon vous, un peu plus d'argent que le dixième de centime généré par votre visionnage d'un spot publicitaire.
Compte tenu de sa popularité et de son intégration avec l'écosystème de Google, les spectateurs seront sans doute plus enclins à utiliser l'abonnement YouTube qu'une solution tierce. Les créateurs de contenu seront en plus obligés de signer les nouvelles conditions d'utilisation de la plateforme, sous peine de voir toutes leurs vidéos passer en mode privée. YouTube ne laisse pas vraiment de choix, ainsi, aucune chaîne ne sera écartée du système.
Il existe encore de nombreuses zones d'ombre et il faudra attendre le lancement de la chose pour en comprendre tous les tenants et aboutissants. Cela arrivera probablement à la fin de l'année 2015. En attendant, une petite révolution se trame dans le monde de la vidéo sur internet.