la justice française vient d'imposer aux fournisseurs d'accès Internet (FAI) de bloquer prochainement l'accès au tracker de torrents T411.

Les ayant-droits français, cette fois représentés par la Société Civile des Producteurs de Phonogrammes (SCPP) et sur la base des dispositions de la loi Hadopi, viennent d’obtenir de la part de la justice française la promesse du futur blocage du site T411 par les FAI français.
Après The Pirate Bay, c’est au tour de T411

Comme pour The Pirate Bay, c’est cette fois T411 qui va être bloqué par les fournisseurs d’accès à Internet en France. Le Tribunal de Grande Instance de Paris a écouté la requête émise par la SCPP et impose aux FAI de bloquer l’accès au site francophone de partage de liens torrents T411. Cette décision de justice se base sur Hadopi et plus spécifiquement sur l’article L336-2 du fameux Code de la Propriété Intellectuelle qui stipule que « en présence d’une atteinte à un droit d’auteur ou à un droit voisin, -la justice - peut ordonner […] toutes mesures propres à prévenir ou à faire cesser une telle atteinte - et ce - à l’encontre de toute personne susceptible de contribuer à y remédier. »
T411
La SCPP, qui avait lancé une procédure contre le site T411 en décembre 2014 et qui semble donc avoir obtenu gain de cause, a publié un communiqué dans lequel on peut lire : « La SCPP se réjouit de la décision de justice rendue ce jour par le TGI de Paris enjoignant aux fournisseurs d’accès de mettre en œuvre toute mesure propre à empêcher l’accès à partir du territoire français du site de partage de fichiers musicaux T411. Après le blocage du site The Pirate Bay, cette décision constitue une nouvelle étape dans la lutte contre la piraterie musicale et vient renforcer les décisions similaires déjà existantes dans l’Union Européenne et à travers le monde. »
T411 : un blocage sans grandes conséquences

On le sait, ce genre d’action a, en général, peu de conséquences négatives sur les sites concernés. Comme on l’avait vu avec The Pirate Bay, les internautes trouvent toujours une solution pour arriver à se connecter à leur site de partage et à télécharger les fichiers associés aux liens torrents. Les solutions les plus souvent utilisées sont le changement manuel ou automatisé des DNS et l’utilisation de proxy.
Pour continuer avec l’exemple du blocage de The Pirate Bay, la chute de trafic du tracker avait été immédiate mais plutôt réduite (environ -11%) et n’avait duré que peu de temps. C’est même l’effet inverse qui avait été obtenu car la médiatisation du blocage du tracker avait ramené de très nombreux nouveaux utilisateurs.
Source :01Net