Avec Spartan, le remplaçant d’Internet Explorer, Microsoft mise sur l’ouverture en développant un partenariat avec Adobe pour intégrer sa technologie directement dans le navigateur.


Alors que Chrome, Firefox, Opera et même Safari reposent sur le principe de l’open-source et intègrent depuis longtemps des composantes réalisées par Adobe ou d’autres éditeurs, la firme de Richmond a toujours tenu à protéger les sources de son navigateur.

L’arrivée de Spartan, marque une véritable révolution culturelle chez Microsoft, puisque la firme concède à ouvrir certains accès à son code. C’est ce qu’indique Bogdan Brinza, le responsable du projet Spartan dans un billet
publié sur le blog d’Internet Explorer. Ainsi, les briques logicielles d’Adobe seront totalement intégrées à Spartan, comme c’est déjà le cas dans les autres navigateurs. Le billet précise que la contribution d’Adobe permettrait d’améliorer la mise en page, la typographie et la conception graphique des pages.


Bien entendu, il n’est toutefois pas question de faire revenir le lecteur Flash d’Adobe dans les navigateurs avec le lourd passif de vulnérabilités que le composant a pu connaitre. Depuis, Adobe s’est évertué à adopter les nouveaux standards du Web pour le remplacer avantageusement.