Finalement, les versions non officielles de Windows 7 et 8 qui passeront à Windows 10 resteront des versions non officielles.

Les internautes qui connaissent Microsoft et ses pratiques ne devraient même pas être étonnés de ce nouveau rétropédalage de la part de la firme. Rétropédalage est peut-être un peu exagéré, puisque la décision principale de proposer gratuitement la première année une mise à jour versWindows 10 aux machines sous Windows 7 ou 8 demeure, mais le cas des versions non activées ou piratées du système change un peu.
Un système piraté mis à jour vers Windows 10 restera piraté

C’est auprès de Polygon qu’un porte-parole de Microsoft a précisé les choses. Si une machine fonctionnant sous une version non officielle de Windows 7 ou 8 (non activée ou piratée) pourra bel et bien installer gratuitement Windows 10, sa licence ne passera pour autant pas en version authentique. Ainsi, l’utilisateur disposera d’un OS limité et devra passer à la caisse s’il veut pouvoir pleinement profiter du système d’exploitation.
Reste à voir quelles seront ces limitations. Sur Windows 7 et 8, il n’est possible de recevoir que les mises à jour critiques (avec les problèmes de performances et de sécurité que cela implique), tandis que plusieurs inconvénients sont de la partie comme un fond d’écran noir, un filigrane sur le bureau et une extinction automatique toutes les heures au bout de 30 jours. À VentureBeat, Microsoft révèle assez vaguement qu’un « mécanisme pour les PC Windows 10 non officiels pour devenir officiels via le nouveau Windows Store » sera proposé. Plus de détails seront dévoilés à l’approche de la sortie cet été.
Démocratiser rapidement Windows 10, mais pas n’importe comment

Le porte-parole en profite également pour rappeler que toutes les versions de Windows ne seront pas concernées par la migration gratuite vers Windows 10. Seront en effet exclues les versions Entreprise de Windows 7, 8/8.1 et RT/RT 8.1.