C’est une nouvelle provocation du maire (proche du Front national) de Béziers, Robert Ménard. Après avoir débaptisé la rue du 19-mars-1962, date du cessez-le-feu qui a mis un terme à la guerre d’Algérie, pour lui donner le nom du commandant Hélie Denoix de Saint Marc, un ancien officier mort en 2013 qui fut notamment un partisan acharné de l’Algérie française, le maire de Béziers a aujourd’hui décidé de mettre les drapeaux de la ville en berne. « Les drapeaux seront en berne jeudi 19 mars», a ainsi annoncé hier la municipalité dans un communiqué.
« L’Algérie, c’est notre paradis (…). Oser dire que la guerre d’Algérie s’est terminée le 19 mars, le jour de la signature des accords d’Evian, n’est pas seulement un mensonge, c’est une ignominie », avait déclaré Robert Ménard samedi 14 mars au moment de la « cérémonie » de « débaptisation » de la rue du 19 mars 1962.
Elu en mars 2014 grâce au soutien du Front national, Robert Ménard est lui-même né à Oran en 1953. La ville de Béziers compte une forte communauté de rapatriés d’Algérie et d’anciens combattants.