Le groupe d’extrême droite Le bloc identitaire nous a adressé un courrier électronique dans lequel son président, Fabrice Robert, tente d’apporter des explications sur la position de son organisation vis-à-vis des supporters algériens auxquels il a, d’ailleurs, choisi de parler à la deuxième personne du pluriel (vous). Fabrice Robert commence par rappeler que les mesures répressives – lui préfère le terme «préventives» –, auxquelles il a appelé pour empêcher les supporters algériens de fêter la victoire de l’équipe nationale au Mondial qui se déroule au Brésil, sont «surtout» appliquées aux ultras des clubs français. Parlant directement aux supporters algériens, le président du Bloc identitaire estime que ces derniers sont «coutumiers des débordements sur notre sol national», déniant de fait à ces fans des Verts leur nationalité française. Derrière un langage qui se veut didactique et un tantinet moralisateur, le leader de ce groupuscule raciste et xénophobe s’oublie et se démasque : «Lorsqu'il s'agit de lutter contre les excès éventuels à la sortie de stade de Français de souche, le silence est absolu», écrit-il, sur un ton nazi nauséabond. Arrogant à un point inimaginable, ce «Français de souche», comme il se définit lui-même, accuse les médias et les associations de son pays de ne pas adhérer à sa démarche ségrégationniste et de – plutôt – prendre la défense des Algériens. «Nous sommes un peuple tolérant, peut-être le plus tolérant du monde, mais les conséquences de l'immigration dont le football n'est qu'un petit volet deviennent insupportables pour notre peuple», écrit ce résistant des temps modernes qui se trompe d’époque, de guerre et d’ennemi. Fabrice Robert nous interroge, sur le ton de celui qui connaît la réponse d’avance : «Accepteriez-vous sincèrement que des centaines de milliers de Français, d’Egyptiens ou de Marocains défilent sur votre sol avec leur drapeau, insultant votre nation et saccageant des villes comme Alger, Oran ou Constantine ?» Non, bien sûr, les Algériens n’accepteront jamais cela. Mais l’Algérie a-t-elle un jour colonisé la France, le Maroc ou l’Egypte pour que les ressortissants de ces pays que vous citez – d'ailleurs, pourquoi ces trois pays spécialement ? – manifestent aussi nombreux à travers les villes algériennes ? La réponse, le meneur du Bloc identitaire la connaît aussi. Il la connaît si bien que quelques véhicules incendiés – bien que cela soit répréhensible – n’égalent en rien les centaines de vies humaines massacrées tout au long des 132 ans de colonialisme sanguinaire. Aussi, ce n’est pas le tapage nocturne de quelques supporters excités qui devrait empêcher ce néonazi de dormir, mais les crimes cauchemardesques commis par ses aïeux en Algérie. Soyez courageux vous aussi, puisque vous invitez les supporters algériens qui hantent vos nuits à l’être, et présentez vos excuses pour les enfumades, les égorgements, les viols, les tortures morales et physiques, les bombardements au napalm, les essais nucléaires et combien d’autres comportements sauvages qui souillent l’histoire de votre pays !
M. Aït Amara...Algerie patriotique.