Avec le Runcible, la start-up californienne Monohm veut prendre le contre-pied du smartphone tant dans la forme que dans l’esprit. Ressemblant à une montre gousset, cet appareil veut miser sur des fonctions de communication minimalistes pour permettre à l’utilisateur de rester connecté sans pour autant être rivé sur son écran à la moindre notification.
Dévoilé au Mobile World Congress, le Runcible est présenté par ses concepteurs comme un « anti-smartphone ». Muni d’un écran tactile, d’un capteur photo, de connexions cellulaires et sans fil Bluetooth/WiFi, cet appareil entend proposer des fonctions de communication essentielles en éliminant tout ce qui peut accaparer inutilement l’attention.
Un « anti-smartphone » présenté au Mobile World Congress (MWC), voilà qui ne manque pas de sel. Cette posture volontairement provocante est le fait de la jeune entreprise nord-américaine Monohm. Basée à Berkeley en Californie, elle est venue à Barcelone pour présenter le Runcible, un curieux objet qui a tout d'un ovni. De forme circulaire, il tient dans la paume de la main. Sa face avant est un écran tactile tandis que sa coque arrière bombée en bois naturel révèle un capteur photo en son centre. Ce design transcrit la volonté des concepteurs de proposer un produit qui apaise et soit plaisant à tenir en main. Car la philosophie du Runcible consiste à rompre avec la frénésie dessmartphones et des objets connectés qui sollicitent sans cesse l’usager avec un flux continu de notifications.Il s’agit, comme l’indique le communiqué de presse, de « recentrer l'attention des utilisateurs sur les vrais gens et le monde réel ». À cette fin, l’appareil ne proposera donc que des fonctions basiques : appels téléphoniques, navigation assistée et accès Internet (compatible 4G, Bluetooth et Wi-Fi). Pas de réseaux sociaux ni demessagerie instantanée que l’on passe son temps à consulter en toutes circonstances… L’interface elle-même est simplifiée au maximum pour ne diffuser que les informations indispensables. Exit les icônes à foison et autres indicateurs superflus.Pour garantir cette simplicité, le Runcible n’utilisera pas d’applications à installer en local comme il en existe sur Android et iOS, mais des applications Web. Basé sur le système d’exploitation mobile open source Firefox OS, il promet aussi un service de navigation assistée qui proposera non pas l’itinéraire le plus rapide, mais « le plus intéressant ». Mieux vaudra donc avoir du temps devant soi pour apprécier le trajet…
D’aspect, le Runcible évoque une montre gousset. Justement, Monohm l’a pensé comme un objet « patrimonial » dont l’esthétique et la durée de vie permettront de le conserver très longtemps voire de le transmettre. © Monohm

Conçu pour durer « des décennies »

Les plus motivés pourront remplacer leur téléphone mobile par le Runcible. Les autres s’en serviront comme d’un substitut grâce auquel ils pourront lâcher un peu leur smartphone tout en restant joignables et connectés, le temps d’apprécier un repas entre amis ou une promenade dans un cadre bucolique. Monohm veut également proposer un produit plus durable, à l'opposé de l’obsolescence programmée des appareils électroniques actuels, et en particulier des smartphones. Ainsi, l’entreprise promet que les éléments du Runcible seront démontables, réparables et remplaçables afin que le terminal puisse évoluer dans le temps et être conservé « pendant des décennies ». Car Monohm dit concevoir le Runcible comme un appareil électronique « patrimonial » qui pourra se transmettre, un peu comme la montre gousset du grand-père...Une approche qui rappelle celle du téléphone modulable porté par Google à travers son projet Araou encore lePuzzlephone. Reste à savoir si les consommateurs seront sensibles ou non à ces arguments. Le Runcible doit être commercialisé d’ici la fin de l’année. Le concept a déjà séduit l’opérateur de téléphonie japonais KDDI qui a investi dans Monohm.L’entreprise n’a pas encore fixé de prix pour son produit mais indique qu’il sera équivalent à celui d’un smartphone haut de gamme vendu sans abonnement. À titre indicatif, un iPhone 6 de base (16Go) coûte aujourd’hui 709 euros. La liberté que promet le Runcible se paiera donc au prix fort.