Le ministre saoudien de lEmploi a tabli une liste de 15 pays considrs comme pauvres dont il est permis dimporter de la main doeuvre domestique ( domestic workers ). Parmi ces 15 pays figure lAlgrie, au mme titre que le Maroc, le Soudan, la Tunisie, la Tanzanie, lEgypte et la Mauritanie. Sept autres pays se trouvent en Asie (Philippines, Inde, Yemen, Pakistan, Bengladesh, Sri Lanka et Vietnam) et un en Amrique du sud : le Chili, rapporte le quotidien saoudien Okaz.
Daprs le ministre de lEmploi du royaume, ces travailleurs seraient autoriss sjourner dans le pays sils sinscrivent dans les catgories demplois dfinies : 4 pour les hommes (chauffeurs, domestiques, hommes de mnage et nurses) et 3 pour les femmes (femmes de mnage, nounous et nurses). Les employeurs saoudiens doivent sacquitter dune somme variant entre 37 000 et 580 000 DA pour importer ces travailleurs.
Plusieurs pays, dont le Kenya et lIndonsie, ont rcemment annonc quils gel les procdures dmigration de leurs ressortissants vers lArabie saoudite. LIndonsie dissuade dsormais ses ressortissantes, qui constituaient jusque-l une source importante de travailleuses domestiques en Arabie saoudite, dmigrer vers le royaume en raison des innombrables cas de maltraitance enregistrs par des ONG.
LArabie saoudite est en effet rgulirement pointe du doigt pour des pratiques de travail forc, de traite dtres humains, de maltraitance (voir la vido ci-dessus). Les victimes sont prcisment ces travailleurs domestiques imports par des employeurs saoudiens qui se retrouvent corvables merci, sans aucune possibilit de prvenir leurs proches. Cet esclavagisme moderne, qui est monnaie courante en Arabie saoudite, cible principalement les femmes, mais les hommes ne sont pas en reste, par exemple sur les chantiers de construction o ils sont exploits comme des btes de somme. Privs de leurs passeports ds leur recrutement, ils sont dans limpossibilit de sortir du pays ou de prvenir leurs proches.
Environ 9 millions dexpatris vivent en Arabie saoudite, la plupart comme travailleurs non-qualifis sur des chantiers ou employs domestiques dans les demeures de leurs matres saoudiens. Ils reprsentent un tiers de la population du royaume.
Voir dautres tmoignages de travailleurs domestiques rduits ltat desclaves en Arabie saoudite ici :
- Une domestique originaire des Philippines victime dabus et de maltraitance
- Un travailleur domestique battu par son employeur