Le Premier Ministre Binyamin Netanyahu a envoyé des notes vendredi 20 juin, au Président Obama, au Roi Abdallah de Jordanie et au Président Mahmoud Abbas, de l’Autorité Palestinienne, selo ce que révèlent des sources de Debkafile à Washington et Jérusalem. Elles traitent des avancées rapides réalisées par les combattants sunnites islamistes liés à Al Qaïda en Irak, qui se dirigent actuellement vers le carrefour de la frontière irako-syro-jordanienne et quelles menacent ils portent sur la sécurité d’Israël, des Palestiniens et du royaume de Jordanie, qui est leur prochain objectif.

Le principal point abordé par Netanyahu est que les forces armées israéliennes (Tsahal) sont la seule armée de la région ayant les capacités et l’expérience contre-terroriste de résister à l’Etat Islamiste en Irak et en Syrie et, par conséquent, de renforcer le pouvoir du roi Abdallah de Jordanie et de Mahmoud Abbas à Ramallah contre les incursions jihadistes.
C’est pourquoi il est essentiel de maintenir les fortifications sur la frontière du Jourdain que Tsahal contrôle et de continuer à travailler en partenariat avec l’armée jordanienne, afin d’offrir un rempart solide contre une poussée potentielle de l’EII vers l’Ouest.


Netanyahu a cité la proposition d’Obama du jeudi 19 juin, concernant la crise irakienne. Le Président a déclaré : « Je pense que l’atout majeur pour la Syrie et l’Irak va résider dans une combinaison de ce qui est en train de se produire dans le pays… et de notre capacité à mettre sur pied une plateforme antiterroriste plus efficace, qui ferait en sorte que tous les pays de la région pousse dans le même sens ».


Dans la vision du Premier Ministre, une de ces plateformes est déjà en place, dans le Sud de la Syrie, qui est la conséquence d’un effort militaire combiné américano-jordano-israélien.


Samedi 21 juin, les Jihadistes irakiens se sont emparés du passage frontalier stratégique irako-syrien de Qaim (population : 250.000 habitants). Les témoins ont rapporté que des centaines de soldats irakiens ont déposé leurs armes et fui dans toutes les directions, à la suite de la mort de 30 d’entre eux dans les combats.


Cette conquête ramène Daesh (EIIL) très proche de l’intersection des frontières irakiennes, syriennes et jordaniennes, situées sur un terrain marqué par de profondes vallées et des feuillages denses, et, par conséquent, réputé pour ses trafiquants d’armes, de drogue et de pétrole, qui se déplacent entre l’Irak et la Jordanie.


Ceci étant, Le contrôle des points de passage de Qaim par les Islamistes sunnites pose une menace directe à la Jordanie, tout en leur fournissant une voie d’accès ouverte pour le transfert facile de combattants et d’armes lourdes entre leurs deux champs de bataille, en Irak et en Syrie, et de carburant depuis les puits de pétrole syriens qu’ils gèrent désormais et apportent à leurs frères combattants en Irak.


Dans l’Est de la Jordanie, Al Qaïda dispose d’une réserve d’adhérents, certains d’entre eux ayant combattu sous son drapeau en Afghanistan, d’autres contre les froces américaines en Irak sous le commandement de leur compatriote, Abu Musab al Zarqawi, dans les années 2003-2007.
Au cours des trois dernières années, les extrémistes jordaniens onyt combattu avec Al Qaïda et d’autres groupements islamistes, dans la guerre civile syrienne contre Bachar al Assad.


Les sources contre-terroristes de Debkafile révèlent que des milliers de ces Islamistes, certains après un entraînement au combat particulièrement poussé, sont concentrés à l’intérieur et autour des villes jordaniennes d’al-Zarqa, d’al-Rusaïfa, Salt et Irbid.


Les forces de sécurité jordaniennes, inquiète de les empêcher de sortir d’Irak, ont ouvert, cette semaine, la porte de sa prison à l’influent dirigeant islamique, , Sheik Isam al-Barqawi - alias Abu Muhammad al-Maqdis – qui est le chef du mouvement salafiste jordanien. Dans l cadre de l’accord passé pour sa sortie précoce d’une longue peine de prsion, le Cheick a entrepris d’employer ses sermons à prêcher contre le fait que les islamistes jordaniens ne rejoignent le Jihad mené par l’EIIL.


Selon nos sources, Netanyahu a inséré dans ses notes à Obama un nouveau tuyau des renseignements, disant que les officiers de liaison de l’EIIL étaient récemment entrés dans la Péninsule du Sinaï pour incorporer une branche de leur organisation dans le réseau local d’Al Qaïda, connu sous le nom d’Ansar Beit Al Maqdis, qui dispose de liens opérationnels avec les dirigeants ud Hamas palestinien dans la Bande de Gaza.


DEBKAfile Reportage Exclusif 21 juin 2014, 5:36 PM (IDT)


Adaptation : Marc Brzustowski


PS: C'est un site d'informations militaires Israélien.