La Banque centrale amricaine (Fed) a dcid de rduire encore son soutien l'conomie amricaine en dpit de perspectives de croissance plus sombres en 2014.
A l'issue d'une runion de deux jours Washington, le Comit de politique montaire (FOMC) de la Fed a, sans surprise, dcid de diminuer de dix milliards de dollars supplmentaires ses injections mensuelles de liquidits destines fluidifier le crdit et soutenir l'activit.
En ligne avec le mouvement de retrait amorc en dcembre, ses achats mensuels d'actifs, notamment en bons du Trsor amricains, seront ramens partir de juillet 35 milliards de dollars, contre 45 actuellement, a dcid le FOMC, prsid pour la deuxime fois par Janet Yellen.
A l'appui de sa dcision, la Fed estime que l'activit conomique a "rebondi au cours des rcents mois" aprs un premier trimestre o l'conomie s'est contracte pour la premire fois depuis 2011 en raison de conditions hivernales rigoureuses.
Sans surprise, la Fed a galement dcid de conserver son niveau actuel son taux directeur, maintenu proche de zro depuis fin 2008.
Une premire remonte des taux est attendue pour la mi-2015 et une majorit des participants du FOMC continue de pencher pour cette hypothse, selon les documents publis mercredi. Mais "il n'y a pas de formule mcanique. Cela dpendra de comment progresse l'conomie", a affirm Janet Yellen lors d'une confrence de presse.
"L'inflation continue d'tre bien en-dessous de notre objectif et nous sommes encore loin du plein- emploi", a-t-elle dclar soulignant qu'"une politique montaire hautement accommodante" est encore ncessaire.
Dans son communiqu, la Fed rpte simplement que les taux resteront proches de zro pendant une priode "considrable" aprs la fin de ses rachats d'actifs.
Mme Yellen s'est dite confiante dans le fait que l'inflation "continuera progresser graduellement au cours des prochaines annes vers l'objectif de 2%". Notant que le taux de chmage avait perdu 0,4 point de pourcentage depuis mars, la patronne de la Fed a toutefois soulign que ce dclin refltait en partie "l'ombre du chmage ou le dcouragement" de ceux qui ne cherchent plus de travail et ne sont plus compts parmi les chercheurs d'emplois.

Prvision de croissance en baisse
Comme c'est le cas chaque trimestre, le FOMC a publi ses nouvelles projections conomiques qui font apparatre un regain de pessimisme pour la croissance cette anne.
Selon la Fed, le produit intrieur brut du pays (PIB) devrait avoir progress de 2,1 2,3% la fin 2014 par rapport l'anne prcdente, marquant un net flchissement par rapport la fourchette de 2,8 3,0% envisage en mars, essentiellement d la contraction du premier trimestre.
Pour 2015, la Rserve fdrale conserve toutefois l'identique sa prvision et continue de tabler, comme en mars, sur une croissance chelonne entre 3,0 et 3,2%.
Sur le front de l'emploi, la banque centrale se montre plus optimiste en prvoyant en 2014 un taux de chmage compris entre 6,0 6,1%, contre une prcdente fourchette de 6,1% 6,3%.
Ce taux devrait dcliner plus rapidement que prvu en 2015 avec un taux attendu entre 5,4 et 5,7%, contre une prcdente estimation de 5,6 5,9%.
En mai, le taux de chmage s'tablissait 6,3%, un niveau que le FOMC continue de juger "lev".
La Fed a par ailleurs laiss quasiment l'identique ses prvisions d'inflation et s'attend toujours atteindre son objectif de 2% annuel en 2015.
Le Comit montaire a relev dans son communiqu la "lenteur" du march immobilier, Mme Yellen pointant au cours d'une confrence de presse les difficiles conditions d'accs au crdit immobilier.
Le cap montaire fix mercredi par la Fed a t adopt l'unanimit par l'ensemble des membres du FOMC, et notamment par le nouveau numro 2 de la Fed, Stanley Fischer, qui vient d'tre confirm ce poste par le Snat amricain.
Interroge sur la crise en Irak, Mme Yellen a estim que "ces risques gopolitiques" reprsentaient "un souci potentiel pour les prix et l'approvisionnement d'nergie

Maghreb dz